Altitude Avocats prend son envol

Après une dizaine d’années de collaboration au sein de cabinets d’avocats de premier plan, Éric Ginter, Éric Chartier et Julien Bellet ont créé Altitude avocats, un cabinet exclusivement dédié à la fiscalité patrimoniale.
Eric Ginter

Après une dizaine d’années de collaboration au sein de cabinets d’avocats de premier plan, Éric Ginter, Éric Chartier et Julien Bellet ont créé Altitude avocats, un cabinet exclusivement dédié à la fiscalité patrimoniale.

La liste des avocats spécialisés en fiscalité patrimoniale ayant quitté des cabinets d’affaires de renom pour fonder leur boutique continue de s’allonger. Dans la lignée des équipes de Stéphanie Auferil (Arkwood), de Marc Vaslin (Vaslin Associés) ou de Pierre-Olivier Bernard (Opleo Avocats), Éric Ginter, Eric Chartier et Julien Bellet se sont associés en créant Altitude Avocats.

 

Le choix de l’indépendance s’est très vite imposé aux anciens lawyers de Hoche Avocats qui se sentaient quelque peu à l’étroit dans un cabinet d’avocats dont le cœur d’activité demeure le M&A. « L’activité en fiscalité patrimoniale, qui suppose le plus souvent une absolue discrétion sur les affaires de nature personnelle confiées par les clients, s’écarte du modèle d’activité pluridisciplinaire poursuivi par les cabinets d’affaires », glisse Éric Chartier. Une position confirmée par son co-associé Julien Bellet : « Dans les grandes structures, les questions de conflits d’intérêts peuvent se poser, notamment dans le cadre d’opération de LBO. Les cabinets de M&A se trouvent souvent être les conseils des fonds d’investissement alors que nous avons pour vocation à nous trouver aux côtés des managers. »  La matière a aussi fortement évolué au cours des dernières années. Comme le souligne Eric Ginter, « elle est devenue une matière à part entière dont la complexité ne doit pas être sous-estimée. L’indépendance reprise ici est un gage d’un conseil avisé. »

 

Altitude Avocats accompagne principalement des entrepreneurs, des cadres dirigeants et des managers de société sous LBO, avec un prisme marqué auprès d’une clientèle étrangère ayant des intérêts économiques dans l’Hexagone et de français installés à l’étranger. La famille royale du Qatar et de grandes fortunes russes font ainsi partie de la prestigieuse clientèle du cabinet.

 

Pourquoi avoir choisi le nom d’Altitude Avocats ? Eric Ginter explique que les associés souhaitaient « trouver un nom intemporel et visuel. Cela correspondait bien au goût de nos équipes pour le voyage et la nature. » Ce nom respecte aussi une autre contrainte, celle de pouvoir être prononcé en français mais aussi en anglais. « C’est aussi un clin d’œil sur le fait de prendre notre envol, de garder un peu de hauteur vis-à-vis des problématiques qui nous sont soumises », précise Julien Bellet.

 

Aurélien Florin