« L’option d’un club satellite pour le Losc n’est pas du tout exclue »

À l’œuvre aux cotés de Gérard Lopez dans le cadre de la reprise du Losc auprès de Michel Seydoux, Barthélémy Courteault, associé au sein du cabinet d’avocats Bredin Prat, revient sur les spécificités de l’opération.
Barthélémy Courteault

À l’œuvre aux cotés de Gérard Lopez dans le cadre de la reprise du Losc auprès de Michel Seydoux, Barthélémy Courteault, associé au sein du cabinet d’avocats Bredin Prat, revient sur les spécificités de l’opération.

Décideurs. Une transaction dans le milieu du sport est-elle comparable avec celle concernant deux entreprises classiques ?

Barthélémy Courteault. Techniquement oui, dans la mesure où l’acquisition concernait une SASP. Si le secteur fait l’objet d’une réglementation particulière, il n’y a pas de changement significatif. Les problématiques de due diligence sont celles qui diffèrent le plus, et notamment les aspects liés aux contrats de joueurs.

Les instances du football français telles que la DNCG ont aussi leur mot à dire sur ce type d’opérations.

Lorsque Gérard Lopez a souhaité racheter le club, celui-ci était placé en régime de recrutement contrôlé. Tout l’enjeu était alors de pouvoir lever cette restriction pour le mercato d’hiver et de réaliser le closing un peu avant le 31 janvier, soit la date de fin de la période de mutations des joueurs. Il était aussi important d’expliquer à l’instance chargée de surveiller les comptes des clubs de football professionnels les mécanismes de financement modernes issus du private equity et l’ingénierie financière qui peut ainsi être utilisée. Des modes de financement non bancaires auxquels la DNCG n’est pas forcement habituée. Il a donc fallu faire preuve de pédagogie et la DNCG a effectué un vrai travail de contrôle lors du projet de reprise du Losc.

La DNCG n’est pas forcement habituée aux modes de financement non bancaires

Gérard Lopez a choisi le Losc pour matérialiser son projet. Pourquoi avoir privilégié une équipe française ?

Le modèle développé repose sur sa capacité à accompagner des jeunes dans leur progression. La qualité de la formation française et notamment lilloise a été un atout important, avec pour objectif de créer rapidement un modèle économique pérenne.

Comme l’AS Monaco l’a fait en rachetant le club belge du Cercle de Bruges, de plus en plus d'équipes recourent à des clubs dits « satellites » leur permettant, entre autres, de prêter leurs jeunes talents. Un tel partenariat entre-t-il dans le champ du possible ?

Cette option n’est pas du tout exclue. Il faudra toutefois prendre en compte la réglementation, puisque deux clubs appartenant au même propriétaire ne peuvent pas jouer la même compétition sur la scène européenne. Mais c’est effectivement une chose qui est amenée à se développer dans une optique de formation des jeunes joueurs.

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurelien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le chiffre du jour : 3,4 %

Le chiffre du jour : 3,4 %

C’est le poids du e-commerce dans le PIB mondial, d’après le centre de recherche Ecommerce Foundation. Un marché en plein essor qui doit encore gagner...

Face aux Gafa, l’affirmation des Batx (2/4) : Tencent, le monde ne suffit pas

Face aux Gafa, l’affirmation des Batx (2/4) : Tencent, le monde ne suffit pas

Une entreprise qui compte parmi les 10 plus importantes du monde avec la croissance d’une start-up. Le succès de Tencent est indiscutable mais la comp...

Gecina et Icade, de grosses foncières qui en avalent d’autres

Gecina et Icade, de grosses foncières qui en avalent d’autres

Les foncières Gecina et Icade procèdent chacune à des acquisitions importantes d’autres sociétés d’investissement immobilier cotées (siic) pour la fin...

La gamification du recrutement

La gamification du recrutement

Avec l’arrivée des « millenials » sur le marché de l’emploi, certaines sociétés optent pour des campagnes de recrutement originales en conduisant les...

Chiffre du jour : 22

Chiffre du jour : 22

C’est le nombre d’universités françaises représentées dans le dernier classement de Shanghai (ARWU). Une performance en demi-teinte compte tenu de la...

La République en marche en perte de vitesse ?

La République en marche en perte de vitesse ?

Seuls 32 % des militants LREM ont participé à la consultation lancée par le parti au début de l’été pour renouveler ses statuts. Essoufflement général...

Catherine Estrampes prend la tête de GE Healthcare Europe

Catherine Estrampes prend la tête de GE Healthcare Europe

Catherine Estrampes va succéder à Jean-Michel Malbrancq la tête de GE Healthcare Europe à partir du 1er octobre 2017.

Le chiffre du jour : 20 MD €

Le chiffre du jour : 20 MD €

C’est le coût du déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire français, le chantier d’infrastructure le plus important du pays.

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message