Blablacar s’attaque aux trajets courts du quotidien

Le célèbre site de covoiturage Blablacar lance sa nouvelle application Blablalines pour les trajets quotidiens domicile - travail, étude ou loisirs.

Le célèbre site de covoiturage Blablacar lance sa nouvelle application Blablalines pour les trajets quotidiens domicile - travail, étude ou loisirs.

Le 24 avril 2015, Frédéric Mazella, président et fondateur du célèbre site de covoiturage Blablacar déclarait dans Le Figaro : « BlaBlaCar n'a pas encore fait 10 % de ce que je veux en faire. » Connue pour le covoiturage sur de longues distances (300 kilomètres en moyenne), l’entreprise devenue un géant européen, a décidé de s’attaquer à un nouveau marché : celui des trajets quotidiens courts, de 15 à 80 kilomètres, du type domicile-travail ou étude, sport et virée shopping. La nouvelle application s’appelle Blablalines. Pour tester ce nouveau projet, deux lignes pilotes entreront d’abord en service : entre Reims et Chalons-en-Champagne et entre Toulouse et Montauban. Il faudra attendre 2018 pour l’utiliser sur tout le reste du territoire français. La start-up se positionne sur le concept de « ligne de covoiturage ». Une série de lieux et de points de rendez-vous sont prédéfinis pour les utilisateurs qui peuvent alors choisir un chauffeur et un horaire de retour différents de ceux de l’aller. Pour encore plus de flexibilité, aucun engagement n’est requis.

 

D’après le journal Les Échos, 13,5 million de français se rendent chaque jour en voiture à leur travail. Seuls 3 % d’entre eux pratiquent le covoiturage. Un boulevard s’offre donc à Blablacar qui devra cependant améliorer certains pans de sa nouvelle application. Pour un trajet de 50 kilomètres Blablalines prévoit une participation de 5 euros à remettre dans la voiture en liquide selon les indications fournies par l’entreprise. Il y a fort à parier qu’elle va rapidement devoir mettre en place un système de paiement dématérialisé pour plus d’efficacité et pour ne pas se laisser dépasser par la concurrence.  Arrivera-t-elle à faire mieux que ce que déjà tant d’autres ont essayé de faire dans le domaine, comme Karos ou IDvroom ? Réponse dans les prochains mois.

 

Marion Robert 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !