Chiffre du jour : 43 %

C’est la progression des investissements directs à l’étranger (IDE) de la Chine en 2016 selon le rapport de la Conférence des Nations-unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

C’est la progression des investissements directs à l’étranger (IDE) de la Chine en 2016 selon le rapport de la Conférence des Nations-unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

Avec 183 milliards de dollars investis à l’étranger, Chine se hisse à la deuxième place des plus gros investisseurs, derrière les États-Unis. Cette performance s’explique en grande partie par la multitude des acquisitions opérées par les entreprises chinoises sur la scène internationale. Tous les secteurs ont été concernés par des opérations d’envergures : du football, avec l’Inter Milan sous la coupe du distributeur électronique Suning, en passant par l’hôtellerie avec Jin Jiang, première actionnaire d’Accor Hotels, sans oublier le rachat de l'agrochimiste suiise Syngenta par ChemChina pour 43 milliards de dollars.   

 

La Chine, aussi une terre d’accueil

 

Une place de numéro deux qui pourrait toutefois être prochainement contesté. Et pour cause, depuis le début de l’année, Pékin mène une politique visant à éviter la fuite des capitaux chinois. Conséquence : lors des quatre premiers mois de l’année, les IDE non financiers de la Chine ont reculé de 56,1%, pour atteindre 26,37 milliards de dollars, selon le ministère du Commerce chinois. Si l’empire du milieu investit massivement à l’international, il sait aussi attirer les capitaux étrangers. Toujours selon le rapport Cnuced, la Chine est à la troisième place destination d’IDE devant la France en huitième position.   

 

G P-C
 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !