Engie force le japonais Toshiba à l'achat

Tous deux partenaires sur le projet de centrale nucléaire « Moorside », il semble qu'il y ait désormais de l'eau dans le gaz.

Tous deux partenaires sur le projet de centrale nucléaire « Moorside », il semble qu'il y ait désormais de l'eau dans le gaz.

Le français Engie, en pleine transition vers les énergies vertes, a décidé de vendre sa participation de 40 % dans NuGen, le projet de centrale nucléaire « Moorside », à son partenaire Toshiba, pour 139 milions d'euros. Une demi-surprise : on savait l'énergéticien tricolore sceptique quant à la viabilité de la construction de ces infrastructures dans le nord-ouest de l'Angleterre à Cumbria. Néanmoins, on ne pensait pas qu'il irait jusqu'à forcer le fragile japonais – qui enchaîne les déboires financiers depuis le scandale des comptes truqués – à racheter sa participation comme prévu contractuellement. En effet, Engie a la possibilité d'imposer cette opération dès lors que son partenaire en appelle au droit de la faillite, chose qu'il a faite en plaçant sa filiale américaine Westinghouse sous l'empire du « Chapter 11 ». Si c'est un nouveau coup dur pour Toshiba, Engie a souhaité calmer le jeu en précisant qu'il resterait disponible pour apporter toute son aide à la bonne conduite du projet. Encore faut-il que le projet nucléaire développé par NuGen survive à ce nouvel affront, alors même que Toshiba cherche encore une issue de secours.

 

FS