Et si c’était elle ?

Alors qu’Emmanuel Macron campe toujours en tête des sondages du second tour, les spéculations autour du choix de son futur Premier ministre se multiplient. Si plusieurs noms circulent, celui de Christine Lagarde semble à la fois le plus crédible et le plus légitime.

Alors qu’Emmanuel Macron campe toujours en tête des sondages du second tour, les spéculations autour du choix de son futur Premier ministre se multiplient. Si plusieurs noms circulent, celui de Christine Lagarde semble à la fois le plus crédible et le plus légitime.

Elle est la Française la plus influente du monde, une dirigeante unanimement respectée… et l’un des choix potentiels d’Emmanuel Macron pour Matignon. Selon certaines sources, la présidente du FMI aurait même d’ores et déjà donné son accord au candidat d’En marche !. Bien décidée à défendre les valeurs du projet européen, Christine Lagarde est récemment sortie de son devoir de réserve vis-à-vis de la politique française, rappelant que « le bulletin de vote est un rempart qui protège la démocratie ». L’ex-ministre n’a par ailleurs pas hésité à déclarer qu’une victoire du Front national entraînerait une « dislocation » de l’Union. Une façon de rallier Emmanuel Macron, l’euro-convaincu ? Certainement.

 

Autoritaire et rigoureuse

 

Une jolie prise pour celui qui, à en croire les sondages, présidera la France pour les cinq années à venir. Car la Parisienne bénéficie d’une image positive dans l’opinion. À la fois autoritaire et rigoureuse, l’athlétique Christine Lagarde a su rapidement faire oublier les frasques de son prédécesseur à la tête du FMI. Plaidant en faveur d’une orthodoxie financière, Christine Lagarde aura redoré le blason de l’institution en un temps record. Une rigueur qui n’aura pas été sans conséquence, certains l’accusant notamment d’avoir manqué d’humanisme dans la gestion du dossier grec. Pas de quoi déstabiliser l’ancienne patronne du cabinet d’avocats Baker & McKenzie, réélue à l’unanimité directrice générale du FMI en 2016.

 

Un choix consensuel

 

Qui mieux que cette dernière pourrait ainsi gouverner l’Hexagone ? Étiquetée centre-droit, l’ancienne championne de natation synchronisée semble la candidate la plus légitime pour la fonction. D’abord, parce qu’elle n’est rattachée à aucun parti de gouvernement. Restée fidèle à Nicolas Sarkozy – dont elle a été la ministre de l’Agriculture puis de l’Économie –, Christine Lagarde n’a jamais suscité d’inimitiés à gauche. Sa nomination devrait ainsi satisfaire l'entourage hétéroclyte d’Emmanuel Macron. Ensuite et surtout, parce que sa crédibilité sur le plan international n’est plus un sujet. Appréciée des Anglo-Saxons comme des Allemands, Christine Lagarde saura mieux que quiconque porter et faire rayonner la voix de la France. Enfin, parce qu’Emmanuel Macron a très rapidement déclaré vouloir une femme à Matignon. Tous les indicateurs semblent donc au vert pour la patronne du FMI. Seule ombre au tableau : elle a été condamnée il y a quelques mois seulement pour « négligence » dans le cadre de l’arbitrage favorable à Bernard Tapie en 2008. Gageons que son expérience et ses compétences primeront, dans l’intérêt du pays.

 

Capucine Coquand

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Pacte gagnant-gagnant ou marché de dupes ? Si la première conférence des territoires organisée par l’exécutif a été appréciée dans sa méthode, les élu...

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Selon une étude du cabinet de conseil McKinsey, la digitalisation du secteur bancaire représente un potentiel de mille milliards d’euros de création d...

Le chiffre du jour : 16,7 %

Le chiffre du jour : 16,7 %

C’est le taux de pauvreté en Grande-Bretagne en 2015, selon les dernières données du Bureau national des statistiques britannique. Un chiffre en baiss...

Le conseiller, clé de la confiance entre les TPE et les banques

Le conseiller, clé de la confiance entre les TPE et les banques

La Médiation du crédit, Deloitte et In Extenso ont publié le 5 juillet 2017 les résultats du premier baromètre de la confiance des dirigeants de TPE à...

Cinq promotions chez Baker McKenzie

Cinq promotions chez Baker McKenzie

Le bureau de Paris de Baker McKenzie coopte deux partners, Guillaume Nataf et Édouard de Rancher, nomme Régis Torlet au rang de senior counsel, Ludovi...

François Lecointre : le nouveau chef d’État-major qui fait l’unanimité

François Lecointre : le nouveau chef d’État-major qui fait l’unanimité

François Lecointre, militaire de renom et chef du cabinet militaire du premier ministre depuis 2011, succède au général de Villiers comme chef d’État-...

Nicolas Woussen (Showroomprivé) : « La direction financière est le business partner des opérationnels »

Nicolas Woussen (Showroomprivé) : « La direction financière est le business partner des opérationnel...

Directeur général finance du groupe de ventes flash en ligne Showroomprivé, Nicolas Woussen a sous son giron les fonctions finance classiques – compta...

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Avec Pronovias, le leader mondial des robes de mariée, BC Partners réalise un joli coup sur le marché européen du private equity. Jean-Baptiste Wautie...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message