Grand Paris : Quelles sont les villes les plus attractives ?

À l’occasion de son 31e Observatoire des prix du logement, la Fédération des agents immobiliers de la région parisienne (Fnaim) a innové en lançant le premier indice d’attractivité immobilière des villes du Grand Paris.

À l’occasion de son 31e Observatoire des prix du logement, la Fédération des agents immobiliers de la région parisienne (Fnaim) a innové en lançant le premier indice d’attractivité immobilière des villes du Grand Paris.

« Éclairer le grand public et engager un dialogue constructif avec les élus locaux qui, même avec la création des communautés de communes, disposent toujours de compétences incontournables en matière de logement » : telle est l'ambition de l'étude menée par la Fnaim selon Didier Camandona, son président.

Ce sont 278 villes d’Île-de-France qui ont été observées et plus particulièrement les grandes communes et les futures gares du Grand Paris Express. Cette nouvelle approche a vocation à observer à terme, l’impact de l’attractivité des villes sur l’évolution des prix des logements.

Pour déterminer cet indice, douze critères ont été retenus. Ils ont tous été constitués à partir de données initiales de l’Insee à l’exception du critère sécurité établi à partir des données de la gendarmerie et de la police. Chaque critère a été noté de 1 à 10. On peut citer comme critères objectifs l’accessibilité aux équipements et service, l’éducation, l’emploi, l’environnement, le logement, le niveau de vie, la santé, les transports, ou encore la fiscalité foncière. Une analyse subjective a également été retenue. Elle résulte d’entretiens avec des professionnels, adjoints au maire de villes de la région parisienne responsables du logement et de l’urbanisme, ou encore promoteurs et investisseurs en patrimoine.

 

Un outil d'utilité publique

 

L’étude définit ainsi un indice d’attractivité pour tous les départements d’Île-de-France. L’attractivité varie ainsi de 4,86 pour le Val-d'Oise à 6,66 pour les Yvelines. Paris obtient un indice d’attractivité de 5,78. Ce résultat s’explique par la distance de l’emploi et la sécurité. Il ressort de l’ensemble de ces conclusions une carte dans laquelle on retrouve, les Lilas, le Raincy et Noisy-le-Grand qui constituent le trio de tête de la Seine-Saint-Denis. Dans le département des Yvelines, Le Vésinet, Saint-Rémy-lès-Chevreuse et Montesson sont les trois villes les plus attractives.

D’après la Fnaim du Grand Paris, cet outil est d’utilité publique et permettra aux politiques, promoteurs et investisseurs d’avoir une vision d’ensemble de leur stratégie vis-à-vis du Grand Paris, et au grand public d’être mieux renseigné sur ses potentiels logements.

 

Vanessa Benesty