Futur gouvernement : le casting de la rédaction (partie 2)

Tandis que la plupart des ténors de la politique française, de droite comme de gauche, espèrent obtenir une place de choix aux côtés d'Emmanuel Macron, les observateurs tentent d’imaginer les contours du futur gouvernement. La rédaction du Magazine Décideurs s’est elle aussi prêtée au jeu.

Tandis que la plupart des ténors de la politique française, de droite comme de gauche, espèrent obtenir une place de choix aux côtés d'Emmanuel Macron, les observateurs tentent d’imaginer les contours du futur gouvernement. La rédaction du Magazine Décideurs s’est elle aussi prêtée au jeu.

Ministre de la Culture et des Arts 

L’érudit - Érik Orsenna

Société civile

70 ans – Écrivain, académicien.

 

C’est très certainement une personnalité issue de la société civile que le nouveau Président nommera à la tête du ministère de la Culture. Une responsabilité que pourrait assumer l’académicien Erik Orsenna. En plus d’être l’un des premiers soutiens d’Emmanuel Macron, l’écrivain est aussi un connaisseur des rouages de la politique. Dans les années 1980, il était l’un des conseillers culturels de François Mitterrand, avant de rejoindre le Conseil d’État en 2000. Sa plume est sollicitée à plusieurs reprise depuis près de 30 ans, comme à l’occasion de la rédaction du rapport Attali en 2008. Revendiquant une passion pour la langue française, cet intellectuel de 70 ans aurait toute légitimité pour piloter le ministère de la Culture.

 

Plan B : Olivier Mongin.

 

Ministre de l’Économie et des Finances 

L’euro-convaincu - Jean Pisani-Ferry

Société civile

65 ans, économiste.

 

Il est l’un des artisans du programme économique d’Emmanuel Macron. D’obédience sociale-libérale, l’économiste Jean Pisany-Ferry n’est pas un professionnel de la politique. Il n’en reste pas moins proche du pouvoir. Dans les années 1990 déjà, il conseillait Dominique Strauss-Kahn puis Christian Sautter alors ministres de l’Économie. En 2013, son expertise est sollicitée par François Hollande pour établir un premier bilan du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. Quant à sa proximité avec Emmanuel Macron, le professeur d’économie (Sciences Po) la doit surtout à son positionnement sur l’Europe. Euro-convaincu, Jean Pisany-Ferry est membre actif de Bruegel, un think tank économique bruxellois. En janvier 2017, il décide de quitter France Stratégie — l’institution chargée de déterminer les grandes orientions du développement économique du pays qu’il pilotait depuis 2013 — pour rejoindre la garde rapprochée du candidat d’En marche !. Son avenir semble ainsi tout tracé. Direction Bercy.

 

Plan B : Laurent Bigorgne, Marc Simoncini.

 

Ministre de la Santé et des Affaires sociales 

L’altruiste - Olivier Véran

Société civile et socialiste

37 ans, neurologue et ex-député.

 

Le point commun entre la politique et la médecine selon Olivier Véran ? « Être au service des autres.» Élu à l’Assemblée nationale en tant que suppléant, le neurologue remplace Geneviève Fioraso (nommée ministre de l’enseignement supérieur) entre 2012 et 2015. Rapidement et naturellement, le député siège à la commission des affaires sociales. Mobilisé sur plusieurs sujets de santé publique (tabac, binge drinking, troubles nutritionnels…), il est nommé rapporteur pour plusieurs lois : le projet de loi de finances de la sécurité sociale en 2014 ou la loi de modernisation de la santé en 2015. Convaincu que le programme social d’Emmanuel Macron, auquel il a largement contribué, remettra la France en marche, Olivier Véran est l’un des favoris pour le poste de ministre de la Santé et des Affaires sociales.

 

Plan B : Jena Viard.

 

Ministre des Transports 

L’experte - Anne-Marie Idrac

Centre

65 ans, ancienne secrétaire d’État, ancienne présidente de la RATP et de la SNCF.

 

De tous les proches d’Emmanuel Macron, Anne-Marie Idrac serait la plus légitime pour prendre la tête du ministère des Transports. Ancienne secrétaire d’État aux Transports en 1997 puis au Commerce extérieur en 2008, l’énarque a également dirigé la RATP puis la SNCF. Une expertise que la centriste a su développer sans se politiser à outrance. Sa nomination au ministère des Transports pourrait ainsi faire l’unanimité. Seule ombre au tableau : elle n’incarne pas franchement le renouvellement souhaité par Emmanuel Macron. Difficile néanmoins d’envisager une personnalité sans expérience à ce poste clé. Le futur ministre des Transports aura à traiter plusieurs dossiers sensibles : le conflit entre les taxis et les VTC, l’ouverture à la concurrence des transports…

 

Plan B : Clément Beaune, Nicole Notat.

 

Ministre de l’Éducation nationale

La valeur sûre - Jean-Pierre Delevoye

En Marche !, ex-UMP

70 ans, ancien ministre

 

Emmanuel Macron l’a répété lors de la campagne : l’éducation sera l’une des priorités de son quinquennat. C’est donc une personnalité de confiance et d’expérience qu’il devrait nommer au délicat ministère de l’Éducation nationale. Jean-Pierre Delevoye serait-il l’homme de la situation ? Il est en tout cas l’un des candidats pressentis pour le poste. L’homme connaît parfaitement les rouages de la politique. Ancien ministre de la Fonction publique, de l’Aménagement du territoire et de la Réforme de l’État (gouvernement Raffarin), l’ancien député-maire d’une commune des Hauts de France a présidé le Conseil économique, social et environnemental entre 2010 et 2015 après avoir occupé la fonction de médiateur de la République (actuel Défenseur des droits) pendant 7 ans. Un curiculum vitae qui suffit à lui offrir toute la crédibilité requise pour diriger le ministère de l’Éducation nationale.

 

Plan B : Corinne Lepage, Jean-Paul Huchon.

 

Ministre de l’Agriculture

La nouveauté - Audrey Bourolleau

Société civile

37 ans, directrice générale de Vin et Société 

 

À 37 ans, Audrey Bourolleau pourrait bien être l’une des révélations du futur gouvernement. Proche d’Emmanuel Macron depuis le début de la campagne, la directrice générale de Vin et Société -- une association représentant 500 000 acteurs de la vigne et du vin -- elle est l’un de ses principaux conseillers sur les questions agricoles. « C’est une championne de l’organisation et de l’efficacité », murmure-t-on du côté d’En Marche !. Sa proposition ? Un plan pour l’agriculture de 5 milliards d’euros sur cinq ans, élaboré à partir de 3 000 questionnaires remplis sur le terrain. Riche de près de quinze ans d’expérience dans le monde agricole, Audrey Bourolleau a auparavant dirigé le service marketing des propriétés Baron Philippe de Rothschild.  

 

Plan B : Olivier Allain, Jacques Mézard.

 

Capucine Coquand

@CapucineCoquand

Futur gouvernement : le casting de la rédaction (partie 1)

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Présidence Macron : décideurs & influenceurs

Qui sont ceux qui, depuis quelques jours pour certains , quelques années pour d'autres, épaulent, conseillent, accompagnent Emmanuel Macron au quotidien ?  La rédaction du Magazine Décideurs passe au crible la garde rapprochée du Président.
Sommaire Emmanuel Macron : la révélation Futur gouvernement : le casting de la rédaction (partie 1) Emmanuel Macron s’entoure d’énarques Édouard Philippe, un choix stratégique La Business Partner Le conciliateur L’ambitieux Le revenant