ISR et performance, une combinaison gagnante

Investir dans la pierre-papier par l’intermédiaire des sociétés non cotées est une alternative dynamique aux placements traditionnels. Investissement direct en PME, FPCI… l’investisseur a le choix, et en fonction de ses besoins il pourra profiter d’un investissement immobilier et d’un intérêt fiscal tout en étant socialement responsable. Cet investissement permet de mutualiser les actifs et de diversifier le risque.
Joachim Azan

Investir dans la pierre-papier par l’intermédiaire des sociétés non cotées est une alternative dynamique aux placements traditionnels. Investissement direct en PME, FPCI… l’investisseur a le choix, et en fonction de ses besoins il pourra profiter d’un investissement immobilier et d’un intérêt fiscal tout en étant socialement responsable. Cet investissement permet de mutualiser les actifs et de diversifier le risque.

Outre l’investissement dans l’immobilier physique, les particuliers peuvent investir dans des véhicules d’investissements immobiliers de création de valeur, via un investissement direct en PME ou un FPCI. Ces solutions sont toutes éligibles à différents avantages fiscaux tels que: une réduction ISF de 50 %, une réduction IR de 18 %, une exonération d’ISF, une exonération de l’impôt sur les revenus et sur les plus-values en logeant les titres souscrits dans un PEA et/ou un PEA-PME3 , le remploi du produit de cession4 ou encore le régime mère-fille.

 

COMMENT LOGER DE L’IMMOBILIER DANS SON PEA/PEA-PME ?

 

En l’état actuel du droit, il n’existe aucune restriction particulière de loger des titres de sociétés ayant une ou plusieurs activités immobilières dans un PEA ou un PEAPME. D’ailleurs, Novaxia a lancé en 2013 la première offre immobilière éligible au PEA, PEA-PME et au remploi du produit de cession, visée par l’AMF. L’objectif de cette offre est de proposer aux particuliers d’investir à nos côtés dans des opérations de transformation de bureaux en hébergements.

 

L’IMMOBILIER, DES SOLUTIONS D’INVESTISSEMENT INNOVANTES

 

L’article L 221-31 du code monétaire et financier précise les conditions d’éligibilité au PEA: - Les actions et certificats d’investissement de sociétés, les parts de SARL ou de sociétés dotées d’un statut équivalent, les certificats coopératifs d’investissement, les certificats mutualistes et paritaires et les titres de capital de sociétés coopératives à condition que l’émetteur ait son siège en France ou dans un autre État de l’Union européenne, en Islande, en Norvège, au Liechtenstein, et soit soumis à l’impôt sur les sociétés ou à un impôt équivalent. - Les actions de Sicav, les parts de FCP et les parts ou actions d’OPCVM européens coordonnés. Concernant le PEA-PME (article L 221-32-2 du code monétaire et financier), les conditions supplémentaires sont: - Les actions ou certificats d’investissement de sociétés et les certificats coopératifs d’investissement, les parts de SARL ou de sociétés dotées d’un statut équivalent et les titres en capital de sociétés coopératives.

 

Ces différents titres doivent avoir été émis par une ETI, à savoir une entreprise qui comprend moins de 5 000 personnes et qui réalise un chiffre d’affaires n’excédant pas 1500 millions d’euros ou un total de bilan n’excédant pas 2000 millions d’euros. Ainsi, les particuliers peuvent investir dans l’immobilier tout en profitant du PEA/PEA-PME (sous réserve qu’ils en respectent les conditions et que la société dans laquelle ils souhaitent investir les respecte également). En revanche, pour bénéficier d’une réduction ISF ou IR dans le cadre d’un investissement direct en PME, ils devront choisir un investissement différent car les titres des sociétés ne doivent pas être logés dans un PEA.

 

INVESTISSEMENT IMMOBILIER, ISR ET RÉDUCTION ISF/IR

 

Bien que fin 2015 l’ensemble des activités immobilières aient été exclues des activités que peuvent exercer les sociétés recevant des investissements ouvrant droit à la réduction ISF ou IR, le ministère des Finances et des Comptes publics a maintenu l’éligibilité des sociétés ayant un agrément ESUS (Entreprise solidaire d’utilité sociale) conformément aux prescriptions de la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire et à ses textes d’application. Cela s’inscrit pleinement dans l’investissement immobilier de demain: combiner investissement et construction d’hébergements de manière responsable.

 

En s’inscrivant dans une démarche ISR (Investissement socialement responsable) – une demande de plus en plus croissante des investisseurs actuels – la société s’engage à diminuer les effets négatifs de la construction d’un bâtiment mais également à favoriser le progrès social, à faciliter l’adaptabilité des logements, à réduire les nuisances ou encore à impliquer les habitants dans les processus de gestion de l’immeuble. Comme l’a récemment démontré le concours « Réinventer Paris», ces critères sont plus largement intégrés dans les appels d’offres publics. S’impliquer dans l’ISR en immobilier, c’est lui donner un sens nouveau sans être pour autant utopiste. Cela suppose simplement, de la part des promoteurs et des investisseurs, une prise de conscience, des formations et l’envie de créer un nouvel immobilier.

 

Ainsi, Novaxia a lancé en avril 2015, le premier véhicule d’investissement immobilier et hôtelier responsable agréé ESUS. L’objectif de cette offre est de participer à des projets de construction ou de réhabilitation immobilière et/ou hôtelière à Paris et dans les grandes villes françaises, tout en favorisant une activité responsable: apporter une réponse aux problématiques d’hébergement, contribuer au développement de l’économie participative et s’impliquer dans le développement durable.

 

Joachim Azan, président du groupe, Novaxia Nolan Darmon, directeur commercial & marketing groupe, Novaxia

 

Joachim Azan, président du groupe Novaxia qui, depuis 2006, a piloté un milliard d’euros d’opérations immobilières, construit et réhabilité 230 000 m2 et levé 150 millions d’euros auprès de 6 650 investisseurs. Nolan Darmon (Executive MBA HEC), directeur co mercial & marketing groupe, intervient auprès de nos partenaires institutionnels, banques d’affaires et privées dans le cadre du développement de la société.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Antoine Morgaut (Syntec Recrutement) : « le digital ne remplace pas le métier de conseil en recrutement »

Antoine Morgaut (Syntec Recrutement) : « le digital ne remplace pas le métier de conseil en recrutem...

Syntec Conseil en recrutement constitue la seule structure représentative de la profession qui rassemble près de 130 cabinets de recrutement. Antoine...

Unibail-Rodamco : un programme opportuniste de rachat d'actions

Unibail-Rodamco : un programme opportuniste de rachat d'actions

Le premier groupe européen coté d'immobilier commercial met en œuvre un programme de rachat d'actions d'un montant maximal de 750 millions d'euros, ho...

Le chiffre du jour : 550 €

Le chiffre du jour : 550 €

En août 2017, le kilo de vanille a atteint la somme record de 550 euros, il n’était que de cinquante-trois euros il y a quatre ans. La précaution néce...

Christian Combes (Eiffage) : "Défenseur de l’africanisation des ressources locales"

Christian Combes (Eiffage) : "Défenseur de l’africanisation des ressources locales"

Après dix ans d’absence à l’international, le groupe Eiffage entreprend avec succès sa reconquête du continent. Retour sur la stratégie du groupe en A...

Quels enjeux pour les sénatoriales ?

Quels enjeux pour les sénatoriales ?

Le 24 septembre, les grands électeurs sont appelés à renouveler la moitié du Sénat. L’arrivée de 170 nouveaux élus à la chambre haute aura-t-elle un i...

Stéphane Gicquel : du côté des victimes

Stéphane Gicquel : du côté des victimes

INFLUENCEUR. Interlocuteur régulier des pouvoirs publics, le secrétaire général de la Fenvac (Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accid...

Le Défenseur des droits aux côtés des avocats

Le Défenseur des droits aux côtés des avocats

Se saisissant de la question des conditions de travail dans les cabinets d’avocats, le gardien des droits individuels a lancé au début de l’été une en...

Une arme supplémentaire pour la Cnil

Une arme supplémentaire pour la Cnil

La société Hertz France écope de la première sanction pécuniaire prononcée en vertu de la loi pour une République numérique.

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message