La justice sera-t-elle épargnée ?

Après l’annonce du gel des budget de chaque ministère, les juristes, et le sénateur Philippe Bas en tête, cherchent des solutions pour que la Chancellerie échappe à la règle afin de sauver l’institution judiciaire de la faillite.
Le sénateur Philippe Bas

Après l’annonce du gel des budget de chaque ministère, les juristes, et le sénateur Philippe Bas en tête, cherchent des solutions pour que la Chancellerie échappe à la règle afin de sauver l’institution judiciaire de la faillite.

L’annonce a dû en glacer certains. Emmanuel Macron a décidé de n’augmenter aucune enveloppe accordée aux ministères, exception faite de la Défense nationale en 2018 dans un contexte de lutte contre le terrorisme. Une décision qui met à mal tous les espoirs des élus engagés dans un sauvetage de l’institution judiciaire. C’était le cas notamment de la commission réunie autour du sénateur Philippe Bas (accompagné à l’époque de l’actuel ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard) dont l’objectif était, quelques semaines avant les élections présidentielle et législatives, de « sanctuariser la justice ». Le rapport publié en avril dernier avait alors obtenu un large consensus au sein de la chambre haute. Il s’appuyait sur un constat alarmant d’asphyxie de la justice et de sentiment d’usure de ses usagers, du professionnel du droit au justiciable.

 

Deux propositions de loi

Le sénateur de la Manche a donc déposé deux propositions de loi le 19 juillet dernier pour forcer le gouvernement à se positionner sur cette épineuse question. De quoi déterrer son rapport trop rapidement écarté de la réflexion. Sa ligne de conduite n’a pas bougé d’un iota : augmenter le budget de la justice de 5 % par an, les moyens alloués à l’institution judiciaire passeraient ainsi de 8,5 milliards d’euros actuels à 10,9 à la fin de la mandature. Tout dépend maintenant de l’inscription de ces deux propositions à l’ordre du jour du Sénat, et donc en partie du bon vouloir du gouvernement.

 

Pascale D’Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le chiffre du jour : 3,4 %

Le chiffre du jour : 3,4 %

C’est le poids du e-commerce dans le PIB mondial, d’après le centre de recherche Ecommerce Foundation. Un marché en plein essor qui doit encore gagner...

Face aux Gafa, l’affirmation des Batx (2/4) : Tencent, le monde ne suffit pas

Face aux Gafa, l’affirmation des Batx (2/4) : Tencent, le monde ne suffit pas

Une entreprise qui compte parmi les 10 plus importantes du monde avec la croissance d’une start-up. Le succès de Tencent est indiscutable mais la comp...

Gecina et Icade, de grosses foncières qui en avalent d’autres

Gecina et Icade, de grosses foncières qui en avalent d’autres

Les foncières Gecina et Icade procèdent chacune à des acquisitions importantes d’autres sociétés d’investissement immobilier cotées (siic) pour la fin...

La gamification du recrutement

La gamification du recrutement

Avec l’arrivée des « millenials » sur le marché de l’emploi, certaines sociétés optent pour des campagnes de recrutement originales en conduisant les...

Chiffre du jour : 22

Chiffre du jour : 22

C’est le nombre d’universités françaises représentées dans le dernier classement de Shanghai (ARWU). Une performance en demi-teinte compte tenu de la...

La République en marche en perte de vitesse ?

La République en marche en perte de vitesse ?

Seuls 32 % des militants LREM ont participé à la consultation lancée par le parti au début de l’été pour renouveler ses statuts. Essoufflement général...

Catherine Estrampes prend la tête de GE Healthcare Europe

Catherine Estrampes prend la tête de GE Healthcare Europe

Catherine Estrampes va succéder à Jean-Michel Malbrancq la tête de GE Healthcare Europe à partir du 1er octobre 2017.

Le chiffre du jour : 20 MD €

Le chiffre du jour : 20 MD €

C’est le coût du déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire français, le chantier d’infrastructure le plus important du pays.

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message