Labels E+ C- : premiers pas dans la future réglementation thermique 2020

Le 15 mars 2017, Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement et du l’Habitat durable, a remis les sept premiers labels E+ C- (Énergie +, Carbone -). Cette certification a pour but de préfigurer la future réglementation thermique 2020.

Le 15 mars 2017, Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement et du l’Habitat durable, a remis les sept premiers labels E+ C- (Énergie +, Carbone -). Cette certification a pour but de préfigurer la future réglementation thermique 2020.

Alors que l’Accord de Paris se met progressivement en application, les ministres Ségolène Royal et Emmanuelle Cosse ont annoncé en novembre 2016 la création d’un nouveau label, « Bâtiments à énergie positive et réduction carbone. ». Cette nouvelle certification permet de souligner le respect des bonnes pratiques énergétiques et environnementales d’un bâtiment. L’objectif est d’améliorer la performance environnementale du bien en s’appuyant sur une réduction des impacts environnementaux tout au long du cycle de vie.

Réunis le 15 mars par la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, les acteurs du secteur de la construction ont délivré les premiers labels. Les sept opérations lauréates témoignent « de la variété des bâtiments récompensés et des procédés constructifs employés, de la capacité de la filière à se mobiliser pour relever le défi de la transition énergétique par l’innovation, la créativité et le travail collectif », selon le ministère du Logement et de l’Habitat durable. Parmi lesquelles figurent les maisons individuelles des constructeurs Ecolocost, Mikit ou encore l'immeuble de bureaux d'Icade à Paris, dont la livraison est prévue en 2018.

Avec cette certification, la mobilisation en faveur de la future réglementation environnementale a franchi une nouvelle étape.

Afin de mener à bien cette expérimentation, un comité de pilotage a d’ores et déjà été mis en place. Coprésidé par Christian Baffy, président du Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique, et l’État, ce dernier regroupe professionnels du bâtiment, producteurs d’énergies renouvelables, associations de label et certificateurs afin d’évaluer l’adéquation entre les ambitions, les coûts et la maîtrise technique des premières réalisations.

 

Vanessa Benesty