LVMH-Dior Couture : retour vers le futur !

Si Bernard Arnault dépense 6,5 milliards d’euros pour une société qu’il détenait déjà, c’est dans le but de simplifier son patrimoine industriel. Le marché devrait apprécier.

Si Bernard Arnault dépense 6,5 milliards d’euros pour une société qu’il détenait déjà, c’est dans le but de simplifier son patrimoine industriel. Le marché devrait apprécier.

Le groupe LVMH, numéro un mondial du luxe, s’apprête à racheter Christian Dior Couture pour un montant de 6,5 milliards d’euros. Parallèlement, le véhicule d’investissement de Bernard Arnault, Groupe Familial Arnault, va monter à 100 % au capital de Christian Dior SE en payant les actionnaires minoritaires en cash et en actions Hermès. Cette opération ne donnera pas de nouveaux pouvoirs au P-DG de LVMH mais elle permettra de simplifier son patrimoine industriel et la vision que les investisseurs peuvent s’en faire. En effet, si l’homme le plus riche de France détenait déjà 85 % des droits de vote dans Christian Dior SE, la maison mère de LVMH, il va pouvoir verticaliser la chaîne de contrôle au sommet de laquelle régnera son holding personnel. Groupe Familial Arnault verra ainsi sa participation indirecte dans LVMH grimper de 36 % à 47 %. Sur le plan opérationnel, les activités de mode et de maroquinerie de la cible viendront consolider les synergies réalisées avec l’autre « joyau de la couronne », Louis Vuitton. Enfin, le paiement de certains actionnaires minoritaires avec des titres Hermès marque probablement la fin de liaisons dangereuses entamées avec l’autre géant du luxe français il y a quelques années. L’OPA hostile avortée sur Hermès restera comme la première déconvenue de LVMH, bien que la nette appréciation de la valeur des actions dont il dispose encore (8 %) représente un vrai lot de consolation.  

 

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !