Navettes autonomes : EasyMile sur les traces de Navya

Après la levée de fonds réussie du lyonnais Navya, c'est le toulousain EasyMile qui invite Alstom à son tour de table (14 M€).

Après la levée de fonds réussie du lyonnais Navya, c'est le toulousain EasyMile qui invite Alstom à son tour de table (14 M€).

Les navettes autonomes tricolores ont le vent dans le dos : après la levée de fonds réussie du lyonnais Navya auprès de Valeo et Keolis pour 30 M€ en octobre 2016, c'est le toulousain EasyMile qui invite Alstom à son capital à hauteur de 14 M€. L'objectif est de répondre à la problématique du dernier kilomètre en zone urbaine et, en ce sens, cinquante sites dans quatorze pays ont vu le déploiement de la navette maison, l'EZ10. Ce minibus, qui embarque douze passagers à une vitesse maximale de 20 km/h, sera bientôt en test entre la gare de Lyon et celle d'Austerlitz.

 

FS