Pascal Hornung : « Nous passerons de l’entrée de ville à l’entrée "en ville" »

L'originalité du cahier des charges, une signature architecturale forte, ainsi que la requalification paysagère sont autant d'éléments qui ont permis à l'Établissement public d'aménagement de Saint-Étienne de décrocher le trophée d'or de la « meilleure transformation de zone urbaine » au SIATI 2016. Son directeur général, Pascal Hornung, revient avec nous sur les raisons de ce succès.
Pascal Hornung

L'originalité du cahier des charges, une signature architecturale forte, ainsi que la requalification paysagère sont autant d'éléments qui ont permis à l'Établissement public d'aménagement de Saint-Étienne de décrocher le trophée d'or de la « meilleure transformation de zone urbaine » au SIATI 2016. Son directeur général, Pascal Hornung, revient avec nous sur les raisons de ce succès.

Décideurs. En quoi la ZAC Pont de l'Ane Monthieu est-elle si stratégique pour la ville de Saint-Etienne ?

Pascal Hornung. L'un des principaux objectifs stratégiques de ce projet urbain est de requalifier le paysage d’entrée de ville. Il s’agit là de la première image que nous donnons à voir de Saint-Étienne pour le visiteur en provenance de Lyon par la route ou le rail, et force est de constater que cette entrée de ville a subi une urbanisation anarchique sans préoccupation quant à la bonne insertion urbaine et paysagère des bâtiments, et sans préoccupation particulière pour la sécurité, la qualité et la fonctionnalité des déplacements piétons et en transports en commun. L’EPA mène à Saint-Étienne sur le secteur Pont de l’Ane Monthieu, une opération mixte où 228 000 mètres carré et notamment 540 logements, doivent sortir de terre sur les dix à quinze prochaines années. Cette opération a vocation à devenir une référence en France et en Europe en matière de requalification de ces entrées de ville que les pouvoirs publics ont trop longtemps délaissé. Grâce aux interventions de l’EPA et avec la livraison des premiers projets immobiliers, nous passerons de l’entrée de ville à l’entrée « en ville », avec une ambiance urbaine et paysagère de qualité.

La deuxième dimension stratégique de cette ZAC pour le territoire stéphanois est le développement économique via le commerce, notamment en gelant les projets commerciaux en périphérie, pour privilégier la ville centre, afin de maintenir sur l’agglomération les dépenses des consommateurs et endiguer l'évasion commerciale vers Rhône.

 

Quelle importance pour la dimension développement durable ?

Le développement durable occupe une part importante du projet qui une certification BREEAM Very Good. Pour y parvenir, il est notamment envisagé, l'étude de faisabilité est en cours, un dispositif de géothermie sur nappe minière, la végétalisation de certaines toitures, un effort particulier sur le stockage et la récupération des eaux pluviales. Les contraintes du site ont naturellement favorisé un grand espace central, le Vallon Diagonal.

Enfin, le développement durable, c’est pour l’EPA de Saint-Étienne un concept très simple : celui du renouvellement urbain. Dans un bassin de vie sans évolution démographique notable, il est irresponsable de laisser faire la périurbanisation qui artificialise les meilleures terres agricoles voire des espaces naturels. « Faire la ville sur la ville », c’est s’intégrer dans un réseau de transports en commun déjà existant, limiter les déplacements motorisés (226 000 habitants à moins de dix minutes ), créer des emplois en cœur d’agglomération pour renforcer son attractivité résidentielle.

 

Quelle stratégie avez-vous adopté pour articuler développement tertiaire et résidentiel ?

Le projet Pont de l’Ane Monthieu ne prévoie pas d’offre tertiaire pure, plutôt fléchée, à l’échelle du territoire stéphanois, sur le quartier de gare dont l’aménagement est lui aussi piloté par l’EPA de Saint-Etienne. Par contre nous avons clairement articulé développement économique et attractivité résidentielle dans ce projet qui se conçoit en deux temps. Tout d’abord, les premières opérations structurantes à vocation commerciale vont donner une nouvelle dynamique au secteur, que nous impulsons à travers près de quinze millions d'euros d’investissements publics pour requalifier des voies ou créer de nouveaux espaces publics de qualité. Ensuite, les aménités offertes les nouveaux commerces, loisirs et services de la zone vont permettre de conforter l’attractivité résidentielle de la zone. Nous sommes d’ores et déjà en contact avec des opérateurs immobiliers pour engager de premières opérations de logement dans deux à trois ans. Tous nos aménagements prendront en compte la nécessité de proposer des voiries structurantes, mais en restituant systématiquement des continuités piétonnes généreuses en béton désactivé, autant que possible des espaces publics de proximité près des logements futurs.

 

Propos recueillis dans le cadre du SIATI 2016