Philippe Brun (STMicroelectronics) : « On ne peut plus se permettre de tout centraliser »

Lorsqu’il dirigeait l’usine de STMicroelectronics à Rousset, Philippe Brun a décidé d’y mettre en place le « lean management », avec succès. Aujourd’hui VP RH, il diffuse cette culture managériale dans l’ensemble du groupe.

Lorsqu’il dirigeait l’usine de STMicroelectronics à Rousset, Philippe Brun a décidé d’y mettre en place le « lean management », avec succès. Aujourd’hui VP RH, il diffuse cette culture managériale dans l’ensemble du groupe.

Décideurs. STMicroelectronics a investi dans le lean management. Qu’est-ce qui a conduit l’entreprise à s’engager dans ce mouvement??

 

Philippe Brun. Tout a commencé dans l’usine de Rousset. Nous venions d’arrêter une importante ligne de production. Il nous fallait nous remobiliser, relancer un projet collectif. La mise en place du lean management a été un véritable programme d’engagement des salariés.

 

Quels étaient les objectifs poursuivis??

 

L’objectif principal était de redevenir compétitif vis-à-vis d’une concurrence asiatique très performante. Nous avons concentré nos efforts sur l’amélioration de la rapidité d’exécution. Pour créer cette vitesse, il faut en effet que les décisions soient prises sur le terrain, au plus près des collaborateurs qui savent concrètement comment les choses fonctionnent. L’organisation tayloriste traditionnelle limite la responsabilité. Renverser ce système de management permet à chacun de disposer de l’information en temps réel et de faire des choix. Il faut absolument développer la capacité de l’individu ou de l’organisation à prendre une décision rapide. On ne peut plus se permettre de centraliser?: le temps que l’information redescende, le train est passé?!

 

Quels ont été les résultats??

 

C’est une très grande réussite?! En trois-quatre ans, nous avons réduit de 30 % nos délais de fabrication. Ce faisant, nous avons amélioré nos rendements de fabrication de 60 % mais également notre productivité de 30 %, tout en parvenant à baisser nos coûts de moitié. En améliorant nos performances, nous avons pu rapatrier certaines activités autrefois sous-traitées ou délocalisées.

 

Quelles sont les prochaines étapes??

 

Aujourd’hui, toutes les usines du groupe intègrent cette approche. Nous l’avons diffusée par influence, selon un processus bottom-up. Il y a un certain nombre d’outils (le système de flux, la chasse au gaspillage…) mais il s’agit avant tout de diffuser une culture. Chaque structure a mis en place le lean à sa manière, en tenant compte des spécificités locales. Certaines ont en premier lieu travaillé la maintenance, d’autres ont eu des difficultés avec la notion de flux et ont privilégié une réflexion sur l’organisation de l’espace de travail. Après avoir convaincu les usines, notre prochain chantier est désormais celui des centres de recherche et développement. Notre objectif est ainsi de rendre plus efficace le développement de nouveaux produits.

 

Le lean se rapproche des modes de management aplatis ou libérés. Que pensez-vous de ces concepts?? S’agit-il d’un effet de mode??

 

Effectivement, même si ce n’est pas son objectif, le lean conduit à une organisation aplatie. Je ne suis pas un spécialiste de l’entreprise libérée mais c’est à mon sens la continuation d’un processus, à l’œuvre au sein de l’industrie, qui vise à redonner de l’autonomie aux salariés. L’industrie est en avance car elle est confrontée à des logiques d’encadrement et réfléchit plus au management et à la productivité. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un simple effet de mode. Ce mode de management ne correspond peut-être pas à toutes les organisations, il faut une compatibilité avec la culture de l’entreprise. Pourtant le lean management a du sens partout, pas seulement dans le domaine industriel.

 

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Avec Pronovias, le leader mondial des robes de mariée, BC Partners réalise un joli coup sur le marché européen du private equity. Jean-Baptiste Wautie...

Dimitri Farber (Tiller) « Tiller permet de répondre au casse-tête comptable des restaurateurs »

Dimitri Farber (Tiller) « Tiller permet de répondre au casse-tête comptable des restaurateurs »

Après avoir levé cent mille euros en janvier 2015 et quatre millions en avril 2016, Tiller a réussi à devenir le leader français du secteur des caisse...

Deux entrants dans le réseau Simon Avocats

Deux entrants dans le réseau Simon Avocats

Le réseau de cabinets fondé par Simon Associés s’enrichit de deux nouveaux partenaires à Toulouse et à Saint-Denis de La Réunion.

Le chiffre du jour : 104 millions

Le chiffre du jour : 104 millions

C’est le nombre d’abonnés total du service de streaming légal Netflix au deuxième trimestre de 2017, d’après une fiche transmise aux actionnaires. L’e...

Yves Hinnekint (Opcalia): « Nous avons une responsabilité d’innovation sociale »

Yves Hinnekint (Opcalia): « Nous avons une responsabilité d’innovation sociale »

Opcalia est un acteur national de premier plan dans la collecte et la gestion des contributions des entreprises au titre de la formation professionnel...

La primauté de la négociation d’entreprise : un concept nouveau ?

La primauté de la négociation d’entreprise : un concept nouveau ?

L’idée est intéressante. Elle est d’ailleurs au cœur du projet de réforme du droit du travail actuellement en discussion. Mais cette idée est-elle aus...

Diversité : la parole se libère

Diversité : la parole se libère

En 2006, Eurodisney publie une offre d’emploi commençant par la phrase suivante : « Si vous êtes intéressé(e) et de nationalité européenne… ». L’affai...

Sabine Marcellin rejoint Staub & Associés

Sabine Marcellin rejoint Staub & Associés

A l’approche de la date d’application du nouveau règlement européen sur les données personnelles le cabinet Staub & Associés se dote d’un atout de...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message