PSA compte monter en régime avec Opel

Pour le constructeur automobile français, en verve depuis l'arrivée de Carlos Tavares à son volant, l'heure est à la conclusion d'opportunités industrielles.

Pour le constructeur automobile français, en verve depuis l'arrivée de Carlos Tavares à son volant, l'heure est à la conclusion d'opportunités industrielles.

PSA est de retour dans le vert et il compte bien le faire savoir : le constructeur automobile français envisagerait de racheter son concurrent allemand Opel pour une somme probablement supérieure à deux milliards d'euros. Aucun accord n'a été trouvé jusqu'ici mais le propriétaire de la marque rhénane, l'américain General Motors, ne serait pas contre la cession de cette filiale qui n'arrive pas à remonter la pente de la croissance et dont les prouesses technologiques sont rares. L'an dernier, Opel a concédé pour la seizième fois d'affilée une perte opérationnelle (257 M€) alors même que ses ventes ont progressé de 5,4 % sur le Vieux continent. La firme au logo portant la foudre est clairement l'un des grands malades du paysage industriel européen. De son côté, la marque au lion, en verve depuis l'arrivée de Carlos Tavares à son volant, a bien récupéré des maux financiers de 2011 qui avaient valu l'arrivée du partenaire chinois Dongfeng au capital. C'est pour entériner son statut d'acteur international de premier plan qu'elle souhaite reprendre Opel/Vauxhall et son million de véhicules distribués annuellement. PSA se renforcerait ainsi en Allemagne et en Grande-Bretagne et afficherait environ 16 % de part de marché en Europe.

 

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !