Qualité de la formation professionnelle : difficile d’y voir clair

OPCA, CNCP, Fongecif, Agefiph, CPA, Cnefop… Derrière cette abondance de sigles se cache une réalité législative complexe.

OPCA, CNCP, Fongecif, Agefiph, CPA, Cnefop… Derrière cette abondance de sigles se cache une réalité législative complexe.

La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale, met à la charge des organismes financeurs, paritaires ou publics, « l’obligation de s’assurer de la qualité des formations ». Le premier article de son décret d’application (« décret qualité ») entré en vigueur le premier janvier 2017 fixe six critères concernant notamment la qualification des formateurs, ainsi que le programme de l’organisme. Par cette réforme, longtemps attendue et débattue au Parlement, le législateur a souhaité, en imposant un contrôle a priori, responsabiliser davantage les financeurs. Le secteur a également gagné en intelligibilité. « Le marché est foisonnant et désormais grâce au décret, on dispose de critères homogènes et transparents », précise Carine Chevrier, déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP).

 

L’enjeu du décret est majeur puisque les prestataires dont les exigences qualité ne seront pas vérifiées d’ici au 30 juin 2017 ne pourront se faire rembourser les actions qu’ils réalisent pour les sociétés et salariés relevant d’un organisme financeur : les OPCA (organismes collecteurs paritaires agréés) et Opacif (organismes paritaires collecteurs agréés au titre du congé individuel de formation) notamment. Rappelons que les entreprises sont tenues légalement de verser, en fonction de leur masse salariale, des contributions à ces collecteurs qui reçoivent les sommes, les administrent et les mutualisent.

 

Un contrôle qualité trop compliqué ?

 

Pour certains acteurs, ce système de gestion paritaire ainsi que la récente réforme sont parfois sources de confusion, voire de mécontentement. Les organismes de formation, contraints d’obtempérer, regrettent une multiplication des procédures et s’inquiètent de l’impact qu’un refus de référencement pourrait avoir sur leur activité.

 

Selon Bernard Masingue, consultant associé chez Entreprise & Personnel, une association au service de la professionnalisation de la fonction RH, « le contrôle doit se faire non pas a priori mais a posteriori, en travaillant sur l’analyse des besoins et sur l’intérêt à se former ». Réticent également, Jean Wemaere alerte sur un risque de surcharge administrative susceptible de « freiner les capacités d’innovation et d’investissement des entreprises de formation au détriment des apprenants ». Il dénonce un « réflexe de contrôle a priori contre-productif ».

 

Les responsables de formation, souhaitant engager une action sur des fonds mutualisés, devront eux vérifier que le prestataire est bien référencé par leur OPCA. Un « degré supplémentaire de questionnement et de vérification », dénonce Thierry Vaudelin, directeur formation et gestion des talents chez Manpower.

 

En réponse aux critiques portant sur le paritarisme du secteur, Emmanuel Macron, lors de sa campagne présidentielle, a émis l’idée d’un remplacement des Opca par l’Urssaf, avant de préciser que « les organismes paritaires devront s’insérer dans un nouveau modèle économique ».

 

 

 

 

 

Camille Guével

 

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Pacte gagnant-gagnant ou marché de dupes ? Si la première conférence des territoires organisée par l’exécutif a été appréciée dans sa méthode, les élu...

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Selon une étude du cabinet de conseil McKinsey, la digitalisation du secteur bancaire représente un potentiel de mille milliards d’euros de création d...

Le chiffre du jour : 16,7 %

Le chiffre du jour : 16,7 %

C’est le taux de pauvreté en Grande-Bretagne en 2015, selon les dernières données du Bureau national des statistiques britannique. Un chiffre en baiss...

Le conseiller, clé de la confiance entre les TPE et les banques

Le conseiller, clé de la confiance entre les TPE et les banques

La Médiation du crédit, Deloitte et In Extenso ont publié le 5 juillet 2017 les résultats du premier baromètre de la confiance des dirigeants de TPE à...

Cinq promotions chez Baker McKenzie

Cinq promotions chez Baker McKenzie

Le bureau de Paris de Baker McKenzie coopte deux partners, Guillaume Nataf et Édouard de Rancher, nomme Régis Torlet au rang de senior counsel, Ludovi...

François Lecointre : le nouveau chef d’État-major qui fait l’unanimité

François Lecointre : le nouveau chef d’État-major qui fait l’unanimité

François Lecointre, militaire de renom et chef du cabinet militaire du premier ministre depuis 2011, succède au général de Villiers comme chef d’État-...

Nicolas Woussen (Showroomprivé) : « La direction financière est le business partner des opérationnels »

Nicolas Woussen (Showroomprivé) : « La direction financière est le business partner des opérationnel...

Directeur général finance du groupe de ventes flash en ligne Showroomprivé, Nicolas Woussen a sous son giron les fonctions finance classiques – compta...

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Avec Pronovias, le leader mondial des robes de mariée, BC Partners réalise un joli coup sur le marché européen du private equity. Jean-Baptiste Wautie...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message