Socialistes en manque de repères

C’est un coup de massue pour le PS. Seuls 6,3 % des Français ont été convaincus par le projet de son candidat à la présidentielle.

C’est un coup de massue pour le PS. Seuls 6,3 % des Français ont été convaincus par le projet de son candidat à la présidentielle.

Alors qu’Emmanuel Macron semble à présent répondre aux attentes de son aile droite et Jean-Luc Mélenchon à celles de son aile gauche, le parti de François Hollande a-t-il encore sa place dans l’échiquier politique français ? Difficile à dire. Tout l’enjeu pour lui dans les années à venir résidera dans sa capacité à déployer une ligne qui lui soit propre, ni trop au centre, ni trop à gauche. « Le risque pour le PS, c’est qu’il devienne finalement un satellite soit d’Emmanuel Macron soit de Jean-Luc Mélenchon », analyse Virginie Martin, politologue et présidente du Think Tank Different. Outre son score historiquement bas, Benoît Hamon a par ailleurs multiplié les erreurs stratégiques. En reconnaissant, avant même le premier tour, être prêt à voter Mélenchon au second, puis en appelant à voter pour Emmanuel Macron presque naturellement dès l’annonce des résultats, le candidat socialiste a brouillé les lignes politiques. Il lui sera dorénavant bien difficile d’incarner une opposition forte et stable. « La réaction la plus maline est celle de Jean-Luc Mélenchon, note la politologue. En refusant d’appeler immédiatement à voter pour le candidat d’En Marche !, il se positionne ouvertement dans l’opposition. » Pour espérer peser aux législatives, les socialistes doivent réagir rapidement et proposer une ligne claire et précise. Faute de quoi, ils risquent d’avoir du mal à influer sur les débats des cinq prochaines années.

 

Capucine Coquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !