Sofinnova : 106 M€ pour la chimie verte

A l'image du rapprochement entre Demeter et Emertec, le capital-risqueur croit très fort dans les technologies liées au recyclage et aux énergies alternatives.

A l'image du rapprochement entre Demeter et Emertec, le capital-risqueur croit très fort dans les technologies liées au recyclage et aux énergies alternatives.

Comme l'explique Denis Lucquin, associé chez Sofinnova Partners, le véhicule « Sofinnova IB 1 » dédié à la chimie verte est le « premier fonds de cette taille à être lancé sur ce créneau ». S'il peut encore collecter 150 M€ jusqu'à fin juin, il a déjà séduit un parterre d'investisseurs prestigieux (Sofiproteol, Unigrain, Michelin, Total, BPIFrance, FEI...) à hauteur de 106 M€. Pour Sofinnova, originellement spécialisé dans le sciences de la vie avec 1,6 MD€ d'actifs sous gestion, l'ambition est claire : financer 8 à 10 start-up ayant développé une technologie industrielle de rupture en rapport avec la chimie biosourcée essentiellement. Les sociétés visées créent des molécules à partir de plantes ou de biomasse. Le canadien Bioamber (producteur d'acide succinique pour les peintures, adhésifs...) ou encore le néerlandais Avantium (fabricant de plastique à partir d'amidon) bénéficient déjà du soutien de la société de gestion.

 

FS