Stéphanie Fougou (AFJE) : « Nous appelons à un Grenelle des professions du droit »

Par la voix de Stéphanie Fougou, sa présidente, l’Association française des juristes d’entreprise (AFJE) interpelle les candidats à la présidentielle. Une démarche qui suit celle des avocats il y a quelques semaines. Pour les juristes, quatre sujets doivent être mis sur la table : la confidentialité de leurs avis, la sécurité juridique, l’organisation de la justice et un Grenelle des professions du droit.

© Studio Harcourt

Par la voix de Stéphanie Fougou, sa présidente, l’Association française des juristes d’entreprise (AFJE) interpelle les candidats à la présidentielle. Une démarche qui suit celle des avocats il y a quelques semaines. Pour les juristes, quatre sujets doivent être mis sur la table : la confidentialité de leurs avis, la sécurité juridique, l’organisation de la justice et un Grenelle des professions du droit.

Décideurs. Votre démarche est-elle motivée par l’absence d’idées sur la justice dans les programmes des candidats ?

Stéphanie Fougou. Notre démarche est motivée par le fait que nous connaissons nos métiers et qu’il est naturel que nous appelions nos candidats sur des sujets qui touchent à l’attractivité et la compétitivité de la France.

 

La première de vos propositions est le legal privilege. Pensez-vous que cette question peut interpeller des candidats à la présidentielle ?

Oui, dans la mesure où elle est un outil nécessaire pour assurer la compétitivité des entreprises, qui, elle, est au cœur de chacun des programmes.

 

Ne pensez-vous pas que le blocage que vous subissez sur ce point est surtout dû à un problème de gouvernance de la profession d’avocat plutôt que de politique publique ?

Ce n’est pas au à l’AFJE ni au gouvernement de revoir la gouvernance de la profession d’avocat. Ils doivent eux-mêmes la réformer s’ils estiment cela utile.

Notre ambition va plus loin. Prenez par exemple avec le point numéro quatre de notre lettre qui appelle à l’organisation d’un Grenelle des professions du droit. Nous pensons que plus nous serons unis, plus nous favoriserons la promotion du droit français qui sera une alternative crédible dans les négociations internationales et favoriserons professions du droit en général. Je note que le conseil de l’ordre de Paris vient d’ailleurs d’adopter une décision favorable à l’avocat en entreprise pour ceux exerçant à l’étranger.

 

Puisque vous parlez d’unité, comment se fait-il que le barreau de Paris, le CNB et maintenant l’AFJE, avanciez en ordre dispersé ?

Les professions ne sont pas unies à ce jour. C’est un vœu mais pas une réalité. Par ailleurs, nous avons chacun la connaissance de nos pratiques et proposons des évolutions dans les domaines qui nous le plus connus. Ceci me semble logique.  Par ailleurs et malheureusement, nous n’avons pas encore réussi à trouver une ambition commune au sujet de la confidentialité des juristes d’entreprise même si la dernière décision du bâtonnat de Paris est une première étape.

 

Quelle forme prend votre démarche auprès des candidats et quelles réponses espérez-vous obtenir ?

Nous leur avons adressé une lettre à chacun d’eux et leur demandons de nous remettre leur réponse avant le premier tour. Certains d’entre eux nous ont déjà indiqué qu’ils allaient nous répondre. Mais nous n’allons pas attendre leurs réactions pour agir : nous avons déjà prévu d’organiser quoi qu’il arrive un Grenelle des professions juridiques. Le Cercle Montesquieu et certaines instances représentatives nous ont déjà accordé leur soutien. Cela aura certainement lieu en octobre prochain.

 

Vous publierez sur le site de l’AFJE les réponses obtenues. Allez-vous aussi donner des consignes de vote ?

Nous laisserons les adhérents juger par eux-mêmes.

 

Propos recueillis par Pascale D’Amore

Consulter les propositions de l’AFJE pour l’élection présidentielle de 2017

Lire et écouter les réponses des candidats au CNB

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Une arme supplémentaire pour la Cnil

Une arme supplémentaire pour la Cnil

La société Hertz France écope de la première sanction pécuniaire prononcée en vertu de la loi pour une République numérique.

Europe 1 fait peau neuve

Europe 1 fait peau neuve

Arrivé il y a deux mois aux commandes de la radio, Frédéric Schlesinger a frappé fort en renouvelant une grande partie de la direction et en attirant...

Chiffre du jour : 51

Chiffre du jour : 51

C’est le nombre d’entreprises postales dans le monde qui assurent aussi un service financier, soit 28 % d'entre elles.

Jean-Luc Koffi Vovor : "Entre 2009 et 2015, les volumes annuels de levées ont été multipliés par cinq"

Jean-Luc Koffi Vovor : "Entre 2009 et 2015, les volumes annuels de levées ont été multipliés par cin...

Associé fondateur de la société Kusuntu, Jean-Luc Koffi Vovor promeut le capital-investissement en Afrique depuis 2009. Il coanime l’Observatoire afri...

Jean-Michel Huet (BearingPoint) : "Utiliser le digital comme catalyseur du développement"

Jean-Michel Huet (BearingPoint) : "Utiliser le digital comme catalyseur du développement"

Les avancées digitales que connaît l’Afrique lui permettent de sauter les étapes de son développement et d’être en passe de devancer les autres cont...

Chiffre du jour : 16 %

Chiffre du jour : 16 %

C’est le taux de décideurs qui pensent que le digital a déjà transformé leur chaîne logistique, selon un rapport de Deloitte et Mitsubishi Heavy Indus...

Damien Martin (Babilou) : «  la chance n’existe pas,  elle se provoque »

Damien Martin (Babilou) : « la chance n’existe pas, elle se provoque »

Damien Martin est arrivé chez Babilou en 2015 avec l’objectif d’accompagner la croissance internationale du groupe. Acquisitions, déploiement de nouve...

Olivier Granet (AccorHotels) : "Il existe une réelle intensification des flux interrégionaux"

Olivier Granet (AccorHotels) : "Il existe une réelle intensification des flux interrégionaux"

Premier opérateur hôtelier international, AccorHotels est un acteur économique de référence en Afrique. Olivier Granet évoque l’ambition du groupe et...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message