Steve Land (Franklin Equity Group) : « L'un des principaux moteurs de l'or est l'incertitude »

Pour Steve Land, gérant du fonds Franklin Gold and Precious Metals Fund, il ne fait aucun doute que certaines sociétés aurifères représentent des opportunités d’investissement intéressantes.
Steve Land

Pour Steve Land, gérant du fonds Franklin Gold and Precious Metals Fund, il ne fait aucun doute que certaines sociétés aurifères représentent des opportunités d’investissement intéressantes.

Décideurs. Depuis l’élection de Donald Trump, les cours de l’or physique ont chuté. Quelles en sont les raisons ? Cette tendance vous semble-t-elle durable ?

Lorsque la victoire de Donald Trump est devenue évidente, l’once d’or a gagné plus de 60 USD sur les marchés alors que les investisseurs internationaux se concentraient sur l’incertitude que ce changement pourrait apporter. Puis, à l’ouverture des marchés américains, l’once d’or est redescendue, et les prix se sont repliés à mesure que les investisseurs privilégiaient les secteurs considérés comme directement avantagés par la domination des Républicains au Sénat et à la Chambre des représentants. Jusqu’à la fin de l’année 2016, la solidité du dollar américain et la démonétisation en Inde des grosses coupures de billets ont pesé sur le prix de l’or.

Si nous nous projetons vers l’avenir, nous constatons que les raisons traditionnelles qui incitent les investisseurs à détenir de l’or sont toujours présentes : inflation, potentiel affaiblissement du dollar américain et incertitude économique. Les anticipations d’évolution des taux d’intérêt et de l’inflation sont en hausse. Le dollar américain se négocie à l’un de ses plus hauts niveaux sur près de quinze ans. L'or est historiquement corrélé négativement au dollar américain et devrait bénéficier d’un affaiblissement potentiel du dollar. Même si le marché est actuellement optimiste sur les perspectives de l’économie mondiale, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour remettre le monde sur pied.

 

La montée du populisme et la redistribution des cartes sur le plan géopolitique avec l’élection de Donald Trump pourraient-elles redonner à l’or son rôle de valeur refuge ?

L'un des principaux moteurs de l'or est l'incertitude. Alors que toutes les élections apportent des changements, cette dernière année nous a livré quelques grandes surprises électorales. Il semble y avoir un mouvement populiste croissant dans de nombreux pays et les prochaines élections en Europe présentent potentiellement plusieurs risques. Donald Trump a mené une campagne basée sur le changement et prend ses fonctions avec des objectifs qui ne sont  alignés ni sur le parti démocrate traditionnel ni sur la politique républicaine.

Même si jusqu’à présent les marchés semblent anticiper un impact positif sur l’économie, l’incertitude règne quant à la mise en œuvre des propositions. Le Brexit ou l’élection de Donald Trump peuvent créer des opportunités mais l’implémentation des changements peut réserver quelques surprises. En effet, au fur et à mesure que les pays se recentrent sur eux-mêmes, il est probable que nous assisterons à des changements dans les relations commerciales internationales, ce qui pourrait entraîner à terme une augmentation des prix sur les biens et les services.

Pour notre fonds FTIF Franklin Gold and Precious Metals Fund, nous pensons qu'un investissement dans l'industrie aurifère repose, du moins en partie, sur la conviction fondamentale que des événements exogènes tels que le Brexit, les tensions commerciales en hausse, les politiques budgétaires et monétaires inflationnistes de nombreuses banques du monde entier devraient soutenir les prix de l'or à moyen terme.

Nous continuons à identifier des opportunités d'investissement attrayantes dans les sociétés aurifères 

 

L’environnement de marché est-il plus favorable à l’investissement sur les sociétés aurifères qu’à l’or physique ?

Les actions aurifères sont fortement corrélées au prix des lingots d'or, ainsi les variations sur l’or seront déterminantes quant aux rendements des actions aurifères. Nous continuons à identifier des opportunités d'investissement attrayantes dans les sociétés aurifères, et tout particulièrement après le retour en arrière fin 2016. De nombreuses sociétés se négocient toujours en dessous du prix que coûterait maintenant la construction de leurs mines existantes. Par exemple, lorsque l'or passe de 1 200 dollars à 1 300 dollars, pour une entreprise avec des coûts totaux de 1000 dollars, le flux de trésorerie passe de 200 dollars à 300 dollars l'once. Ainsi, une variation de 8 % sur l’or permet une augmentation de 50 % des flux de trésorerie avant impôts. Il est important de garder à l'esprit que ce secteur fait partie des plus volatiles du marché.

Une augmentation du prix de l’or produit un important effet de levier sur les compagnies minières au-delà de l'impulsion immédiate sur les flux de trésorerie et les revenus. Si les prix progressent encore, ils ouvriront de nouvelles opportunités pour des mines dont l’exploitation n’était pas justifiée à des niveaux de prix inférieurs. De plus, l’accroissement des flux de trésorerie donne l’occasion de rembourser la dette plus vite que prévu et d’envisager de nouveaux projets d’exploration ou d’extension de mines.

 

Une hausse des taux d’intérêt sans inflation serait le pire scénario possible pour les cours de l’or. Est-ce un environnement de marché que vous écartez totalement pour 2017 ?

L’orientation des prix de l’or est très difficile à prédire et leur corrélation avec les taux d’intérêt n’est pas claire. Concernant l’inflation, certains considèrent l’or comme une couverture.

Même si l’or n’offre pas de rendement, une augmentation des taux entraîne une hausse du coût d’opportunité associé à la détention de l’or physique mais il faut considérer le niveau des taux en termes absolus et pas uniquement en termes de direction. Ainsi, même si les taux augmentent, ils restent à des niveaux faibles en termes absolus et l’or peut ainsi rester préférable aux obligations souveraines assorties de taux négatifs ou faibles. De plus, l’or reste une classe d’actifs raisonnablement liquide qui n’est pas corrélée à une région, un système financier ou un gouvernement en particulier. Les fluctuations à court terme les plus importantes des prix de sont généralement la conséquence d’événements de marché inattendus tels que le résultat du vote sur le Brexit au Royaume-Uni en juin, l’or permettant de prémunir son portefeuille contre certains chocs de marché. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le chiffre du jour : 3,4 %

Le chiffre du jour : 3,4 %

C’est le poids du e-commerce dans le PIB mondial, d’après le centre de recherche Ecommerce Foundation. Un marché en plein essor qui doit encore gagner...

Face aux Gafa, l’affirmation des Batx (2/4) : Tencent, le monde ne suffit pas

Face aux Gafa, l’affirmation des Batx (2/4) : Tencent, le monde ne suffit pas

Une entreprise qui compte parmi les 10 plus importantes du monde avec la croissance d’une start-up. Le succès de Tencent est indiscutable mais la comp...

Gecina et Icade, de grosses foncières qui en avalent d’autres

Gecina et Icade, de grosses foncières qui en avalent d’autres

Les foncières Gecina et Icade procèdent chacune à des acquisitions importantes d’autres sociétés d’investissement immobilier cotées (siic) pour la fin...

La gamification du recrutement

La gamification du recrutement

Avec l’arrivée des « millenials » sur le marché de l’emploi, certaines sociétés optent pour des campagnes de recrutement originales en conduisant les...

Chiffre du jour : 22

Chiffre du jour : 22

C’est le nombre d’universités françaises représentées dans le dernier classement de Shanghai (ARWU). Une performance en demi-teinte compte tenu de la...

La République en marche en perte de vitesse ?

La République en marche en perte de vitesse ?

Seuls 32 % des militants LREM ont participé à la consultation lancée par le parti au début de l’été pour renouveler ses statuts. Essoufflement général...

Catherine Estrampes prend la tête de GE Healthcare Europe

Catherine Estrampes prend la tête de GE Healthcare Europe

Catherine Estrampes va succéder à Jean-Michel Malbrancq la tête de GE Healthcare Europe à partir du 1er octobre 2017.

Le chiffre du jour : 20 MD €

Le chiffre du jour : 20 MD €

C’est le coût du déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire français, le chantier d’infrastructure le plus important du pays.

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message