Tours Hermitage Plaza : lancement des travaux

Le promoteur Hermitage vient d'obtenir l'approbation pour la signature d'un protocole qui permet de lever l’interdiction de démolir les Damiers. À la place desquels pourrait enfin s'ériger les tours jumelles Hermitage Plaza.

Le promoteur Hermitage vient d'obtenir l'approbation pour la signature d'un protocole qui permet de lever l’interdiction de démolir les Damiers. À la place desquels pourrait enfin s'ériger les tours jumelles Hermitage Plaza.

Depuis six ans, Emin Iskenderov, le promoteur moscovite s’acharne à bâtir les deux gratte-ciel les plus hauts d’Europe sur le site du quartier d’affaires de La Défense. Il a baptisé le projet « Hermitage Plaza ». Les copropriétaires des bâtiments qui doivent être démolis ou qui sont voisins du projet avaient obtenu en 2011, une décision de justice qui interdisait de démolir tant qu'un accord à l'unanimité n'avait pas été trouvé.

Le projet, dessiné par l'architecte star des buildings Norman Foster, prévoit la construction de deux immeubles hauts de 320 mètres, soit quatre mètres de moins que la Tour Eiffel à La Défense, à l'ouest de Paris. Le coût de ce premier complexe en France associant résidences de luxe, bureaux, hôtels et commerces est estimé à 2,8 milliards d’euros.

Cependant, une question reste en suspens est -ce que le plan de vol du Bourget va-t-il limiter la hauteur des tours. Une enquête publique sur le projet de révision du plan de servitudes aéronautiques (PSE) de Paris-Le Bourget doit fixer des altitudes à ne pas dépasser pour les constructions, afin de limiter la hauteur des obstacles et d’éviter qu’un avion heurte une installation s’il venait à s’écarter de sa trajectoire.

Les habitants des communes concernées par le survol des appareils sont invités à donner leur avis, dans cinq départements de la région parisienne et douze villes des Hauts-de-Seine dont Courbevoie.

 

Vanessa Benesty