Vahé Torossian (Microsoft) : « Il faut faire de l'accessibilité au numérique un axe fort pour la France »

Après avoir dirigé la stratégie mondiale de Microsoft sur le segment des PME et des partenariats, Vahé Torossian a pris les rênes de l’entité française en septembre 2016. S’il fourmille de projets pour son groupe, notamment en matière de cloud et d’intelligence artificielle, il regrette de ne pas voir les hommes politiques partager son enthousiasme sur les opportunités du digital.

Après avoir dirigé la stratégie mondiale de Microsoft sur le segment des PME et des partenariats, Vahé Torossian a pris les rênes de l’entité française en septembre 2016. S’il fourmille de projets pour son groupe, notamment en matière de cloud et d’intelligence artificielle, il regrette de ne pas voir les hommes politiques partager son enthousiasme sur les opportunités du digital.

Que représente le marché français aux yeux d'un géant comme Microsoft ?

Microsoft est présent en France depuis trente-deux ans, avec une empreinte locale unique pour une entreprise internationale de cette taille : un écosystème ouvert de 3 000 partenaires, une culture collaborative incarnée par notre Campus d’Issy-les-Moulineaux, qui rassemble 1 700 collaborateurs, et un ancrage au bénéfice de la société française, notamment par l’accompagnement de 3 500 start-up ou des plus jeunes vers le numérique. La France est un pays dynamique, dont l’économie repose sur un maillage exceptionnel de grandes entreprises multinationales, de PME et de start-up. Avec nos offres Cloud, nous contribuons à la transformation des entreprises et leur apportons un levier de croissance : 50 % de nos abonnés à Office 365 sont des TPE/PME françaises et 80 % des grandes entreprises du CAC 40 sont abonnées à ce service de collaboration, ce qui est une très bonne nouvelle pour leur développement et l’optimisation de leurs processus métiers.

« L’intelligence artificielle est pour l’instant une affaire de grandes entreprises »

De nombreuses entreprises estiment avoir achevé leur transformation digitale. Avec quels services pouvez-vous encore apporter des gains de productivité notables à ces sociétés ?

Nos offres Cloud, et en particulier notre plate-forme Microsoft Azure, sont au cœur de la transformation des entreprises, que cela soit pour asseoir la relation avec leurs clients, libérer le potentiel de leurs salariés, faire évoluer leur business model ou transformer leurs produits et services grâce au numérique. 2017 est aussi l’année de l’Intelligence Artificielle et de la réalité mixte en matière d’innovation chez Microsoft. Avec notre ordinateur autonome HoloLens, nous proposons des gains de productivité immédiats à travers la réalité mixte, en affichant des éléments holographiques dans l’environnement réel d’un utilisateur. Nous accompagnons par exemple le premier fabricant d’ascenseurs dans le monde, ThyssenKrupp, dans la gestion de son service de maintenance. 24 000 techniciens peuvent ainsi optimiser la maintenance à distance fondée sur les hologrammes avec HoloLens et la maintenance prédictive fondée sur l’Internet des objets grâce à Microsoft Azure IoT Suite

Nous permettons aussi aux entreprises de développer de nouveaux services grâce à l’intelligence artificielle (IA). Dans le cas de Publicis Groupe, notre offre renforce les capacités de son réseau mondial dans la data et l’intelligence artificielle. L’objectif est de créer de nouvelles expériences consommateurs pour les marques clientes de Publicis grâce à l’utilisation des services cognitifs, des bots, et plus largement des interfaces naturelles : reconnaissance faciale, vocale, textuelle. Nous voulons également aider les directions marketing à mieux comprendre les tendances grâce à l’analyse prédictive fondée sur les données récoltées.

Quelles sont les activités qui portent la croissance du groupe aujourd’hui ?

Microsoft a résolument pris le virage du Cloud, qui pèsera 20 milliards de dollars dans son chiffre d’affaires à l’horizon 2018, objectif que nous sommes en passe d’atteindre. Par exemple, nos derniers résultats financiers illustrent la dynamique de croissance de notre plate-forme Cloud Microsoft Azure avec un chiffre d’affaires en croissance de 94 % sur un an et le gain de 120 000 nouveaux clients par mois, grands comptes comme start-up.

80 % : c’est le pourcentage des entreprises du CAC 40 abonnées à la suite logicielle Office 365

Comment Microsoft se positionne pour ne pas rater la vague de l’intelligence artificielle, présentée comme la prochaine révolution technologique ?

5 000 chercheurs dans le monde travaillent sur l’intelligence artificielle chez Microsoft. Notre approche vise à démocratiser l’intelligence artificielle et la rendre accessible à tous. Elle se concrétise d’ores et déjà par la mise à disposition de services d’IA en open source « prêts à l’emploi » et intégrables en quelques jours par un bon développeur. La mise à disposition de ces services à l’ensemble de notre écosystème à des coûts réduits nous semble indispensable. Indépendamment de leurs moyens, tous nos clients sont éligibles à l’intelligence artificielle : start-up, PME ou grands groupes.

Nous avons ainsi annoncé en septembre 2016 un partenariat technologique avec l’alliance Renault Nissan, signé depuis la France pour le monde entier, qui consiste à faire de notre assistant virtuel personnel Cortana le copilote intelligent des véhicules du groupe.

L’IA est pour l’instant une affaire de grandes entreprises, d’investissements massifs et de savoirs technologiques poussés. Nous serons véritablement dans l’ère de l’intelligence artificielle lorsque toutes les entreprises et toutes les interfaces seront augmentées par l’IA. C’est cette généralisation que nous visons.

 

Quels sont les autres axes innovants sur lesquels le groupe investit ?

Acteur majeur de la transformation numérique, Microsoft libère le potentiel de chaque individu. Conscients de notre responsabilité sociale dans l’environnement de travail, nous nous transformons pour faire de Microsoft une organisation exemplaire, alliant développement humain et croissance.

C’est pour cette raison que nous avons, en février dernier, présenté notre nouveau Campus à Issy-les-Moulineaux – un Campus repensé sous le signe du collaboratif et de l’ouverture à notre écosystème. À l’heure où l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle apparaît comme l’une des principales préoccupations des salariés, Microsoft France se distingue par sa politique volontariste et engagée en matière de flexibilité et de mobilité au travail, ce qui contribue à notre attractivité comme Best Place to Work cette année encore.

1 700 : c’est le nombre de collaborateurs rassemblés dans le nouveau Campus d’Issy-Les-Moulineaux, inauguré le 1er février 2017

En cette année d’élections, le digital ne s’est pas imposé dans les débats politiques. Quelles propositions sur le numérique auriez-vous aimé lire dans les programmes des candidats ?

En effet, le numérique n'était pas une priorité des candidats et c'est dommage car les nouvelles technologies offrent des opportunités inédites pour répondre aux grands défis du XXIe siècle. Le monde vit actuellement la quatrième révolution industrielle et la France, comme l’Europe, n’a pas d’autre choix que d’être en pointe sur la transformation numérique.

Si l'on considère par exemple la santé, l'énergie et les transports, trois secteurs décisifs pour les sociétés futures, l'intelligence artificielle est une source de progrès majeure, mais sur laquelle les candidats ont fait l'impasse dans leur discours. Pourtant, mieux soigner et de façon plus personnalisée, consommer l'énergie et nous déplacer tout en réalisant des économies d'échelle… voilà les défis que doivent relever les dirigeants politiques, en faisant de la France le champion mondial de l'intelligence artificielle. La France dispose de tous les atouts pour cela, il faut les saisir tant du côté de la recherche que des entreprises.

 

Que manque-t-il aujourd’hui au pays pour s’approprier ces thématiques ?

 

Une volonté doit émaner du politique pour encourager la transformation numérique des organisations privées et publiques, pour développer de nouveaux services et modèles économiques, pour créer de la valeur et de l’emploi. La France ne devrait plus se contenter d'être au seizième rang dans l'intégration et le développement du cloud (indice européen DESI 2016). Là encore, il ne s'agit pas uniquement de productivité, mais de la transformation globale du pays, de son fonctionnement et de la société. La vie politique, la production des biens, leur consommation et leur circulation sont directement impactées par la révolution numérique.

Enfin, on ne peut parler de transformation numérique sans que celle-ci ne s'adresse à tous, de façon inclusive. C'est pour cela qu'il faut faire de l'accessibilité au numérique et de la diffusion des compétences portées par les nouvelles technologies, un axe fort pour la France. C'est une condition sine qua non pour faire aboutir les promesses du digital.

 

Propos recueillis par Thomas Bastin (@ThBastin)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Une arme supplémentaire pour la Cnil

Une arme supplémentaire pour la Cnil

La société Hertz France écope de la première sanction pécuniaire prononcée en vertu de la loi pour une République numérique.

Europe 1 fait peau neuve

Europe 1 fait peau neuve

Arrivé il y a deux mois aux commandes de la radio, Frédéric Schlesinger a frappé fort en renouvelant une grande partie de la direction et en attirant...

Chiffre du jour : 51

Chiffre du jour : 51

C’est le nombre d’entreprises postales dans le monde qui assurent aussi un service financier, soit 28 % d'entre elles.

Jean-Luc Koffi Vovor : "Entre 2009 et 2015, les volumes annuels de levées ont été multipliés par cinq"

Jean-Luc Koffi Vovor : "Entre 2009 et 2015, les volumes annuels de levées ont été multipliés par cin...

Associé fondateur de la société Kusuntu, Jean-Luc Koffi Vovor promeut le capital-investissement en Afrique depuis 2009. Il coanime l’Observatoire afri...

Jean-Michel Huet (BearingPoint) : "Utiliser le digital comme catalyseur du développement"

Jean-Michel Huet (BearingPoint) : "Utiliser le digital comme catalyseur du développement"

Les avancées digitales que connaît l’Afrique lui permettent de sauter les étapes de son développement et d’être en passe de devancer les autres cont...

Chiffre du jour : 16 %

Chiffre du jour : 16 %

C’est le taux de décideurs qui pensent que le digital a déjà transformé leur chaîne logistique, selon un rapport de Deloitte et Mitsubishi Heavy Indus...

Damien Martin (Babilou) : «  la chance n’existe pas,  elle se provoque »

Damien Martin (Babilou) : « la chance n’existe pas, elle se provoque »

Damien Martin est arrivé chez Babilou en 2015 avec l’objectif d’accompagner la croissance internationale du groupe. Acquisitions, déploiement de nouve...

Olivier Granet (AccorHotels) : "Il existe une réelle intensification des flux interrégionaux"

Olivier Granet (AccorHotels) : "Il existe une réelle intensification des flux interrégionaux"

Premier opérateur hôtelier international, AccorHotels est un acteur économique de référence en Afrique. Olivier Granet évoque l’ambition du groupe et...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message