Bernard Monassier : « Si l’ISF n’est pas supprimé, il faudra s’attendre à une nouvelle vague de délocalisations »

Pour accompagner ses clients historiques, Bernard Monassier, notaire honoraire, a créé BM Family Office. Le positionnement de son family office, sa vision du marché mais aussi les grandes orientations du débat politique à quelques mois de l’élection présidentielle, le fondateur du Groupe Monassier n’élude aucune question.
Bernard Monassier

Pour accompagner ses clients historiques, Bernard Monassier, notaire honoraire, a créé BM Family Office. Le positionnement de son family office, sa vision du marché mais aussi les grandes orientations du débat politique à quelques mois de l’élection présidentielle, le fondateur du Groupe Monassier n’élude aucune question.

Décideurs. Après avoir fondé et développé un réseau de notaires, vous avez décidé de créer BM Family Office. Pour quelles raisons ?

Bernard Monassier. J’ai envisagé, à la demande de certains clients, de continuer une activité de conseil juridique, fiscal et économique. Dans ce cadre, j’ai créé une structure de family office. Or, je vois que cette activité correspond aux besoins d’autres personnes. Cela a pris une ampleur que je n’avais pas anticipée. Pour continuer à délivrer un conseil sur mesure, j’ai pour l’instant limité cette activité à quelques grandes familles.

 

Le mode de rémunération des family offices suscite de nombreuses interrogations. Un family office doit-il être nécessairement payé sous forme d’honoraires ou peut-il être rémunéré par des commissions versées par les promoteurs de produits financiers ou immobiliers dont il conseille les produits ?

Il est vrai que les Français ne sont pas habitués à fonctionner en honoraires et éprouvent des difficultés à accepter le coût que cela implique. Beaucoup de professionnels structurant leur family office n’accompagnent pas des clients d’une taille suffisante pour facturer leur conseil sous forme d’honoraires. Mais un family office dont le service serait payé autrement qu’en honoraires perd un peu de son indépendance. Le système est alors vicié. Si la structure gagne davantage en conseillant un produit plutôt qu’un autre, elle perd en libre arbitre. Pour cette raison, BM Family Office est uniquement rémunéré sous forme d’honoraires. En pratique, cela limite son accès à des familles dont le patrimoine est supérieur à 35 millions d’euros. Je ne suis pas structuré pour les patrimoines inférieurs à ce montant. Payer le service de conseil juridique et fiscal d’un family office leur reviendrait trop cher.

 

Pensez-vous rejoindre dans un avenir proche l’Association française du family office (AFFO) ?

Je n’ai pas décidé d’y adhérer. Non par ostracisme mais parce que je suis juridiquement en retraite depuis dix-huit mois. Lorsque j’ai créé BM Family Office, je pensais exercer une petite activité de conseil pour m’occuper. Je ne me posais pas ce genre de question. Aujourd’hui, le chiffre d’affaires que l’on développe est significatif. Je pense que nous sommes l’un des seuls à atteindre un tel résultat sur le marché. Cela ne veut toutefois rien dire sur le long terme. Je réfléchis actuellement au développement de cette structure.

 

Vous êtes secrétaire général d’une fédération des métiers du droit et de la justice du parti Les Républicains. La prochaine élection présidentielle devrait donner lieu à des débats  très marqués. Quel regard portez-vous sur le projet porté par François Fillon ?

Les réformes proposées sont intéressantes. Toute la question est désormais de savoir si l’opinion publique est prête à les accepter. Les sondages montrent que les Français souhaitent de profondes réformes mais semblent marquer une certaine réticence à l’évocation des différentes mesures. Tout peut encore basculer. L’identité du candidat qui émergera à gauche est encore en suspens. Les choses peuvent aller très vite. J’en veux pour preuve la manière dont on positionne François Fillon sur l’échiquier politique. Je rappellerai que celui-ci a longtemps été catalogué comme un homme du centre gauche, proche de Philippe Séguin.

 

Le débat portant sur la suppression de l’ISF divise. Doit-il être érigé en priorité par le prochain gouvernement alors que les marges de manœuvres budgétaires demeurent limitées ?

Il est à mon sens essentiel de repositionner l’impôt sur le capital (ISF, droit des successions, plus-value, droit de partage). Il faut une vraie analyse et une comparaison de nos pratiques avec celles de nos voisins européens. En France, l’impôt sur le capital représente 3,5 % du PIB alors qu’il est inférieur à 2 % en Allemagne. C’est l’une des raisons qui peut expliquer les délocalisations. Si l’ISF n’est pas supprimé, il faudra s’attendre à une nouvelle vague de délocalisations, plus grande encore que celle que nous avons connue. Le système de calcul des plus-values immobilières est aussi à revoir. Il conduit les propriétaires à repousser la vente de leurs biens. Or lorsque les ventes ne se concrétisent pas, l’État n’encaisse aucune plus-value. Je plaide également pour une étude d’impact afin d’évaluer les conséquences des mesures politiques, comme cela se pratique aux États-Unis et en Allemagne. 

 

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurelien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Emmanuelle Seyboldt : La foi dans le débat

Emmanuelle Seyboldt : La foi dans le débat

INFLUENCEUR. Première femme élue à la tête de l’Église protestante unie de France en mai dernier, Emmanuelle Seyboldt plaide pour davantage de nuances...

Fusion Racing 92/Stade français: difficile de transformer l’essai

Fusion Racing 92/Stade français: difficile de transformer l’essai

L’annonce de la fusion entre les deux clubs franciliens avait fait l’effet d’une bombe. Il n’aura fallu que six jours pour que le projet soit reporté...

Clyde & Co s’installe à LA

Clyde & Co s’installe à LA

En ouvrant à Los Angeles, la firme internationale Clyde & Co bénéficie d’une neuvième implantation sur le sol américain.

Fin des tarifs réglementés du gaz

Fin des tarifs réglementés du gaz

La Commission nationale de l’énergie (CRE) l’avait laissé entendre en juin dernier : les tarifs réglementés du gaz en France ne sont pas en accord ave...

KKR : le private equity a son Game of Thrones

KKR : le private equity a son Game of Thrones

Pionnière de l’industrie mondiale du capital-investissement, la société de gestion new yorkaise entrevoit le départ des associés fondateurs au profit...

Crédit Suisse se renforce

Crédit Suisse se renforce

Après quatre ans passés à la direction de la Deutsche Bank en France, Bruno Hallak, cinquante ans, devrait rejoindre le Crédit Suisse à la rentrée.

Près de trois milliards d’euros d’amende pour le « cartel des camions »

Près de trois milliards d’euros d’amende pour le « cartel des camions »

Moins d’un mois après avoir infligé une amende inédite à Google, la Commission européenne établit un nouveau record en condamnant cinq fabricants de p...

Le chiffre du jour : 16 MD€

Le chiffre du jour : 16 MD€

C’est le montant que représente la lutte des banques françaises contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme chaque année. Un chiffr...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message