Cécile Tricon-Bossard (Natixis) : «Nous sensibilisons nos managers aux enjeux de la diversité»

Directrice adjointe des ressources humaines de Natixis depuis plus d’un an, Cécile Tricon-Bossard et son équipe œuvrent à la réalisation de projets stratégiques, faisant de Natixis un groupe innovant en matière de ressources humaines.

Directrice adjointe des ressources humaines de Natixis depuis plus d’un an, Cécile Tricon-Bossard et son équipe œuvrent à la réalisation de projets stratégiques, faisant de Natixis un groupe innovant en matière de ressources humaines.

Décideurs. La qualité de vie au travail est aujourd’hui une problématique récurrente des DRH. Vous avez mis en place « Work & life at Natixis », comment se décline cette démarche ?

 

Cécile Tricon-Bossard. Elle a été lancée fin 2015, avec l’appui du comité de direction générale, pour renforcer le bien-être au travail, mais aussi accroître nos capacités de transformation. Nous avons la conviction que l’engagement de nos collaborateurs est un levier fort pour une performance durable. De manière concrète, cette démarche s’articule autour de quatre thèmes. Les conditions de travail d’abord : on cherche par exemple à améliorer l’usage des moyens de communication électronique, à optimiser nos temps de réunion ou à faciliter l’accès aux outils digitaux. On encourage également les démarches participatives ou la mise en place de groupes d’expression. Les relations et la coopération ensuite, pour renforcer le collectif dans un contexte de travail qui se digitalise de plus en plus. Nous expérimentons ainsi de nouveaux aménagements de bureaux, plus propices au travail collaboratif, où on passe d’une logique de propriété à une logique d’usage et où les espaces de détente sont particulièrement soignés. Troisième thème : le bien-être au travail et notamment l’équilibre vie privée/vie professionnelle. Le déploiement du télétravail qui est en cours, sera finalisé fin 2017. Une plate-forme de services d’aide à la parentalité va également être prochainement proposée, de même que des services de conciergerie.

 

Décideurs. Comment allez-vous mesurer les résultats de votre démarche ?

 

Ce sont les collaborateurs qui apprécieront l’impact de nos actions. Nous leur donnons la parole régulièrement depuis longtemps via un baromètre interne. Nous avons enrichi les questions relatives à la qualité de vie au travail pour en faire un outil de mesure et de suivi pertinent. Par ailleurs, nous avons créé, dans le cadre de l’accord QVT signé en août 2016 avec nos organisations syndicales, un « observatoire de la qualité de vie au travail ». Il fera le point régulièrement sur un certain nombre d’indicateurs plus quantitatifs.

 

Décideurs. Vous avez mis en place une série de mesures en faveur de l’égalité professionnelle, pouvez-vous nous en dire plus ?

 

Les femmes représentent près de 50 % de notre effectif. Néanmoins, comme dans beaucoup d’entreprises, cet équilibre se détériore au fur et à mesure que l’on progresse dans la hiérarchie. Elles ne représentent ainsi plus que 24 % des cadres dirigeantes. Nous avons donc pris depuis quelques années des mesures concrètes pour faire bouger les choses. Par exemple, une enveloppe annuelle spécifique destinée à la suppression des écarts salariaux injustifiés : plus de 1,3 million d’euros en 2016. Une obligation de parité des candidatures dans nos programmes de développement des talents. Ou encore un programme dédié : « réussir sa carrière au féminin » pour les encourager à oser et lever leurs freins internes. Nous sensibilisons également nos managers aux biais inconscients et aux enjeux de la diversité pour développer une culture plus inclusive. Enfin, nous soutenons le réseau Winn (Women in Natixis Network) qui favorise les échanges et est force de proposition vis-à-vis de la direction générale pour améliorer la mixité dans l’entreprise.

 

Propos recueillis par Roxane Croisier 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !