Digital detox

TENDANCE. Si les Français n’ont jamais été aussi connectés qu’aujourd’hui, ils sont aussi de plus en plus nombreux à rechercher des espaces de déconnexion. Véritable tendance ou simple effet de mode ?

TENDANCE. Si les Français n’ont jamais été aussi connectés qu’aujourd’hui, ils sont aussi de plus en plus nombreux à rechercher des espaces de déconnexion. Véritable tendance ou simple effet de mode ?

Appels, SMS, mails, notifications, tweets… alors que le tourbillon de l’hyperconnexion touche une grande majorité de Français – 77 % possèdent un smartphone et le consultent en moyenne 26,6 fois par jours  –, la question du retour à la vie réelle est aujourd’hui au cœur d’un débat de société. Car si certains gèrent sans difficulté une connexion à outrance, celle-ci peut s’avérer toxique pour d’autres, allant même jusqu’à provoquer burn-out et dépression. « En moins de vingt-cinq ans, nous sommes passés d’un plaisir récent de connexion à un désir latent de déconnexion », confirme le sociologue spécialiste des technologies de communication Francis Jauréguiberry. Preuve de l’ampleur de la tendance : le législateur s’est lui-même emparé de la question en instituant un droit à la déconnexion. Depuis le 1er janvier dernier, les entreprises de plus de cinquante salariés ont ainsi l’obligation de mettre en place « des instruments de régulation de l’outil numérique ».

Connexion maîtrisée

Car si les nouvelles technologies sont d’extraordinaires portes ouvertes sur le monde, celles-ci peuvent aussi venir troubler l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Et pour cause : connectés via leur smartphone, certains salariés sont aujourd’hui joignables nuit et jour. 77 % des cadres ouvrent leurs mails en dehors de leur lieu de travail. Une situation jugée anxiogène par 82 % d’entre eux. Pour Cindy Felio, psychologue du travail et docteure en sciences de l’information et de la communication, le problème ne vient pas d’un excès de connexion. « Lorsqu’on est contraint de travailler en dehors des horaires de bureau, c’est généralement qu’il existe une mauvaise gestion du temps de travail, analyse-t-elle. La surconnexion est souvent révélatrice d’un problème de fond. » Se déconnecter ne serait donc qu’une solution superficielle. « C’est un peu l’arbre qui cache la forêt », résume la spécialiste. Difficile néanmoins de nier l’implication des nouvelles technologies dans le sentiment de surcharge professionnelle. « Même si elle n’est pas la cause de son mal-être, la surconnexion peut effectivement accélérer la sensation de mal-être d’un salarié », confirme Cindy Felio. Pas question pour autant de dramatiser. « Dans la plupart des cas, chacun oriente ses usages en fonction de ses besoins. » Une « connexion maitrisée » qui, selon Francis Jauréguiberry, suppose « d’instaurer des coupures, des sas temporels, des mises à distance ».

Retrouver son intériorité

Un laps de temps permettant de renouer avec une forme de tranquillité mais aussi de faire le plein de ressources personnelles et de dépaysement. La déconnexion serait même vécue par certains comme une « pratique de son intériorité ». « L’attente, l’isolement et le silence, longtemps combattus, car synonymes de pauvreté, d’enfermement ou de solitude, réapparaissent dans ce cadre non plus comme quelque chose de subi, mais des états choisis », analyse le sociologue. La quête d’un retour à soi n’est pourtant pas une tendance moderne. De tout temps, l’individu a recherché l’isolement pour réfléchir, écrire, méditer… La déconnexion ne serait-elle alors qu’un levier marketing ? Sûrement. En témoigne la multiplication d’offres pour des activités ou des voyages estampillées « digital detox ». « Je crois que l’effet de mode retombera lorsque chacun se sera rendu compte qu’il n’y a finalement pas grande différence avec un voyage normal », estime Cindy Felio. Que les drogués de la connexion se rassurent, les technologies de la communication ont encore de beaux jours devant elles.   

Capucine Coquand

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les jeunes avocats ont une nouvelle présidente

Les jeunes avocats ont une nouvelle présidente

L’Union des jeune avocats (UJA), qui renouvelle sa présidence chaque année, vient de porter à sa tête Laëtitia Marchand.

Robert Ophèle est le nouveau patron des marchés financiers

Robert Ophèle est le nouveau patron des marchés financiers

Le candidat proposé par Emmanuel Macron pour diriger l’Autorité des marchés financiers (AMF) a été auditionné par les deux assemblées qui ont voté en...

Grégory Clémente (Proparco) : « Consacrer le quart de notre volume global de financement à des prises de participation »

Grégory Clémente (Proparco) : « Consacrer le quart de notre volume global de financement à des prise...

À la tête de Proparco depuis un an, Grégory Clémente vient de présenter les résultats de l’institution financière au service du secteur privé et du dé...

DriiveMe : les routes européennes à un euro

DriiveMe : les routes européennes à un euro

Pour fêter ses cinq années d’existence, Driiveme se lance à la conquête du marché espagnol. Le service de rapatriement de voitures à un euro est en pl...

Le chiffre du jour : 4,6 milliards

Le chiffre du jour : 4,6 milliards

C’est le nombre d’écoutes générées par le titre « Despacito » de l’artiste portoricain Luis Fonsi sur les plate-formes de streaming légal, d’après l’a...

Le spécialiste du vélo Alltricks lève 7,3 M€

Le spécialiste du vélo Alltricks lève 7,3 M€

Ce nouveau tour de table permet à Entrepreneur Venture, 123 IM et quatre business angels d’entrer au capital.

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Pacte gagnant-gagnant ou marché de dupes ? Si la première conférence des territoires organisée par l’exécutif a été appréciée dans sa méthode, les élu...

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Selon une étude du cabinet de conseil McKinsey, la digitalisation du secteur bancaire représente un potentiel de mille milliards d’euros de création d...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message