« La pérennité de BPIFrance ne fait aucun doute »

Incontournable dans le secteur du capital investissement depuis près de quatre ans, Nicolas Dufourcq, président de BPIFrance, revient sur les événements de l’année 2016 qui ont marqué la banque et évoque les principaux objectifs de l’institution pour 2017.

Incontournable dans le secteur du capital investissement depuis près de quatre ans, Nicolas Dufourcq, président de BPIFrance, revient sur les événements de l’année 2016 qui ont marqué la banque et évoque les principaux objectifs de l’institution pour 2017.

Décideurs. En 2016, vous avez participé au financement de 74 000 entreprises pour un montant de 24 milliards d’euros. Quels sont selon vous les éléments clés de ce succès ?

Nicolas Dufourcq. En quatre ans, BPIFrance a en effet doublé le volume de ses encours de prêts et de ses investissements en fonds propres. Ce qui nous anime, c’est la volonté que le business de nos clients avance vite et bien. Pour cela nous redoublons de créativité dans notre offre, notamment avec l’accompagnement et l’international, dans nos partenariats et dans notre approche commerciale, y compris à l’étranger.

 

À occasion de la publication du bilan de l’activité 2016, vous avez affirmé votre volonté de renforcer votre ancrage régional, notamment au moyen du Prêt croissance dédié au développement des TPE. Quelle est votre objectif en la matière ?

La banque est un partenaire des régions depuis sa création. En 2016, nous avons même atteint le milliard d’euros de financements adossés à des fonds régionaux. Lancé au dernier trimestre 2016 en Île-de-France et en Bretagne, le Prêt croissance TPE, d’un montant de 10 000 à 50 000 euros, sans garantie, renfoncera cette dynamique en 2017, en finançant l’investissement immatériel. Tous les secteurs sont concernés, toujours en accord avec les régions partenaires et à condition qu’une banque ou un investisseur intervienne pour un montant au minimum égal. Et tout se fait en ligne pour moins de paperasse et plus d’agilité. Ce prêt devrait être déployé dans la quasi-totalité des régions, avec comme objectif 1 000 TPE financées pour trente millions d’euros.

 

« 2016 a été une année record pour  BPIFrance  avec 1,6 milliard d’euros apporté en direct à 195 entreprises »

 

Quels sont les segments stratégiques vers lesquels BPIFrance  souhaite se concentrer pour cette année 2017 ?

Nos équipes sont mobilisées pour accompagner l’investissement dans des capacités de production, l’internationalisation, la transformation de l’économie vers l’industrie du futur et la transition écologique et environnementale. Par ailleurs, même si les trésoreries sont aujourd’hui moins stressées, les besoins de financement restent importants notamment en immatériel. La croissance de 20 % enregistrée en 2016 sur le financement de l’immatériel devrait se poursuivre en 2017.  2017 est aussi l’année où les PME et ETI disposeront d’une offre complète et facile d’accès, de solutions à l’international, avec l’intégration de l’assurance export. Par ailleurs, 2016 a été marquée par la très forte montée en puissance des métiers de l’accompagnement, nouvelle activité pour  BPIFrance : conseil, formation et mise en relation. Un accent particulier sera mis en 2017 sur cette activité avec une intensification de l’offre sur les questions liées au digital et à l’internationalisation, deux axes majeurs du développement des entreprises.

 

Quels sont vos objectifs pour cette année 2017 en matière d’investissement ?

2016 a été une année record pour BPIFrance avec 1,6 milliard d’euros apporté en direct à 195 entreprises comme Yposkesi (avec l’AFM Téléthon), OpenClassroom, Devialet mais également 80 nouvelles PME dont la moitié correspond à une primo ouverture de capital. L’année 2017 devrait connaître un niveau d’investissement stable avec notamment un milliard d’euros souscrit dans des fonds privés partenaires. Nous poursuivrons par ailleurs nos investissements dans des fonds internationaux, avec un fort tropisme africain.

 

Les prochaines élections présidentielles peuvent–elles remettre en cause le rôle de  BPIFrance ?

BPIFrance est issu d’une longue histoire d’intégrations successives : BDPME, Anvar, FSI … En quatre ans, nous avons su montrer notre capacité à répondre aux attentes de nos actionnaires, l'État et la Caisse des Dépôts, de nos partenaires (les banques, les Régions, etc.) et surtout de nos clients. BPIFrance est aujourd'hui un outil solide, puissant et réactif au service de la croissance. Sa pérennité ne fait aucun doute.

 

Propos recueillis par Gatien Pierre-Charles


 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Une arme supplémentaire pour la Cnil

Une arme supplémentaire pour la Cnil

La société Hertz France écope de la première sanction pécuniaire prononcée en vertu de la loi pour une République numérique.

Europe 1 fait peau neuve

Europe 1 fait peau neuve

Arrivé il y a deux mois aux commandes de la radio, Frédéric Schlesinger a frappé fort en renouvelant une grande partie de la direction et en attirant...

Chiffre du jour : 51

Chiffre du jour : 51

C’est le nombre d’entreprises postales dans le monde qui assurent aussi un service financier, soit 28 % d'entre elles.

Jean-Luc Koffi Vovor : "Entre 2009 et 2015, les volumes annuels de levées ont été multipliés par cinq"

Jean-Luc Koffi Vovor : "Entre 2009 et 2015, les volumes annuels de levées ont été multipliés par cin...

Associé fondateur de la société Kusuntu, Jean-Luc Koffi Vovor promeut le capital-investissement en Afrique depuis 2009. Il coanime l’Observatoire afri...

Jean-Michel Huet (BearingPoint) : "Utiliser le digital comme catalyseur du développement"

Jean-Michel Huet (BearingPoint) : "Utiliser le digital comme catalyseur du développement"

Les avancées digitales que connaît l’Afrique lui permettent de sauter les étapes de son développement et d’être en passe de devancer les autres cont...

Chiffre du jour : 16 %

Chiffre du jour : 16 %

C’est le taux de décideurs qui pensent que le digital a déjà transformé leur chaîne logistique, selon un rapport de Deloitte et Mitsubishi Heavy Indus...

Damien Martin (Babilou) : «  la chance n’existe pas,  elle se provoque »

Damien Martin (Babilou) : « la chance n’existe pas, elle se provoque »

Damien Martin est arrivé chez Babilou en 2015 avec l’objectif d’accompagner la croissance internationale du groupe. Acquisitions, déploiement de nouve...

Olivier Granet (AccorHotels) : "Il existe une réelle intensification des flux interrégionaux"

Olivier Granet (AccorHotels) : "Il existe une réelle intensification des flux interrégionaux"

Premier opérateur hôtelier international, AccorHotels est un acteur économique de référence en Afrique. Olivier Granet évoque l’ambition du groupe et...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message