Le juge Serge Tournaire : la force de l’ombre

Serge Tournaire a convoqué François Fillon plus vite que le candidat ne l’aurait lui-même imaginé lorsqu’il souhaitait « une justice rapide ». Fait d’armes ou simple exercice rigoureux de son métier ? Portrait d’un juge d’instruction objet de bien des interrogations.
Serge Tournaire ne parle pas à la presse, ne se laisse pas prendre en photo.

Serge Tournaire a convoqué François Fillon plus vite que le candidat ne l’aurait lui-même imaginé lorsqu’il souhaitait « une justice rapide ». Fait d’armes ou simple exercice rigoureux de son métier ? Portrait d’un juge d’instruction objet de bien des interrogations.

C’est le juge des grands dossiers politico-financiers du moment?: le financement occulte de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2002, l’arbitrage Tapie/Adidas, les achats de voix par Serge Dassault à Corbeil-Essonnes… Il est aussi celui qui vient de décider la mise en examen de François Fillon dans le Penelopegate. Sa discrétion absolue fait qu’il ne répond pas aux attaques dont il est l’objet. Serge Tournaire poursuit sa tâche sans se détourner.

 

Du banditisme au politique

On lui reproche d’appliquer aux hommes de pouvoir les méthodes de la lutte contre le grand banditisme. Le juge du pôle financier a en effet connu plusieurs vies. Né à Marseille de mère corse, il réussit le concours de la magistrature en 1991 et apprend le métier à Ajaccio. Un premier poste qui le conduit à instruire les dossiers des criminels nationalistes. De la Corse, il passe à Marseille en 2003 où il rejoint la courte liste des magistrats nommés à la Jirs (juridiction interrégionale spécialisée) dès sa création. « Déjà à l’époque, il faisait partie des meilleurs », se souvient le magistrat Bruno Dalles avec lequel il a fait ses classes à l’ENM. De cette époque, le juge d’instruction gardera une certaine culture de l’aveu acquise dans la lutte contre le crime organisé et la délinquance financière.

 

En 2009, le juge Tournaire souhaite rejoindre Paris avec son épouse magistrate. Son objectif?: rester juge d’instruction. Il est alors nommé au pôle financier et obtient les dossiers Wendel, EADS, « pétrole contre nourriture »... Pour son ami Bruno Dalles, « il fait partie des juges instructeurs auxquels on confie un dossier pour qu’il sorte ». Une analyse contredite par certains avocats se plaignant de sa lenteur à instruire d’autres dossiers. Quoi qu’il en soit, l’ancien élève-inspecteur des impôts est en rupture avec les méthodes classiques du pôle financier?: « Il avance avec une vision globale du dossier plutôt qu’avec des idées préconçues, analyse Christophe Ingrain, un des avocats de la défense dans l’affaire Bygmalion. Je n’ai pas encore trouvé le moyen de la faire évoluer. » Autrement dit, de le contrer. Les mots de Bernard Tapie résonnent alors?: « Chez lui, les règles du code pénal sont inversées?: il faut prouver qu’on est innocent. » Serge Tournaire n’est d’ailleurs pas de ceux qui parlent avec les avocats. « Ce sont les méthodes de tous les juges d’instruction », nuancent certains pénalistes, tout en soulignant qu’avec Renaud Van Ruymbeke un certain dialogue est possible.

 

Une part de fantasmes

Le mystère qui entoure Serge Tournaire véhicule inévitablement une part de fantasmes. Ceux qui le connaissent démentent que le juge use de son pouvoir à des fins politiques et soulignent l’absence d’esprit militant chez cet homme très discret. Dès lors, aucun ne l’imagine adhérent au très critiqué Syndicat de la magistrature (SM). « Opiniâtre, il est certain qu’il n’écoute personne », confie Bruno Dalles. « Rien dans les dossiers ne m’a jamais fait penser qu’il pouvait être instrumentalisé », confirme Thibault de Montbrial, un des avocats sur le dossier de la campagne de Sarkozy. Le pénaliste, qui, par ailleurs, ne mâche pas ses mots pour décrire le SM et le traitement récent des politiques par la justice, n’a jamais décelé d’intérêt politique dans le comportement du juge d’instruction. Serge Tournaire serait simplement impassible, froid. « Lors des interrogatoires, il descend sa grille de questions pour fermer les portes une à une, poursuit Christophe Ingrain. Aucune émotion ne transparaît jamais sur son visage. » S’interdisant de parler du travail dans le privé, l’homme serait tout de même sensible aux critiques. Mais aucune interview ne le confirmera.

 

Pascale D'Amore

 

1991 Intègre l'ENM puis est nommé à Ajaccio

2004 Intègre la Jirs à Marseille

2009 Est nommé au pôle financier de Paris

Juin 2013 Met en examen Bernard Tapie

Avril 2014 Met en examen Serge Dassault

Février 2016 Met en examen Nicolas Sarkozy

Mars 2017 Met en examen François Fillon

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Conférence des territoires : ce qu’il faut retenir

Pacte gagnant-gagnant ou marché de dupes ? Si la première conférence des territoires organisée par l’exécutif a été appréciée dans sa méthode, les élu...

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Les néo-banques révolutionnent le secteur

Selon une étude du cabinet de conseil McKinsey, la digitalisation du secteur bancaire représente un potentiel de mille milliards d’euros de création d...

Le chiffre du jour : 16,7 %

Le chiffre du jour : 16,7 %

C’est le taux de pauvreté en Grande-Bretagne en 2015, selon les dernières données du Bureau national des statistiques britannique. Un chiffre en baiss...

Le conseiller, clé de la confiance entre les TPE et les banques

Le conseiller, clé de la confiance entre les TPE et les banques

La Médiation du crédit, Deloitte et In Extenso ont publié le 5 juillet 2017 les résultats du premier baromètre de la confiance des dirigeants de TPE à...

Cinq promotions chez Baker McKenzie

Cinq promotions chez Baker McKenzie

Le bureau de Paris de Baker McKenzie coopte deux partners, Guillaume Nataf et Édouard de Rancher, nomme Régis Torlet au rang de senior counsel, Ludovi...

François Lecointre : le nouveau chef d’État-major qui fait l’unanimité

François Lecointre : le nouveau chef d’État-major qui fait l’unanimité

François Lecointre, militaire de renom et chef du cabinet militaire du premier ministre depuis 2011, succède au général de Villiers comme chef d’État-...

Nicolas Woussen (Showroomprivé) : « La direction financière est le business partner des opérationnels »

Nicolas Woussen (Showroomprivé) : « La direction financière est le business partner des opérationnel...

Directeur général finance du groupe de ventes flash en ligne Showroomprivé, Nicolas Woussen a sous son giron les fonctions finance classiques – compta...

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Jean-Baptiste Wautier (BC Partners) : « Pronovias a contribué à la définition du luxe accessible »

Avec Pronovias, le leader mondial des robes de mariée, BC Partners réalise un joli coup sur le marché européen du private equity. Jean-Baptiste Wautie...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message