OPA : Michelin avale le caoutchouc de SIPH

Le géant international des pneumatiques a l’intention de retirer de la cote SIPH, la Société internationale de plantations d’hévéas.
L'hévéa est l'arbre dont on extrait le latex pour obtenir du caoutchouc.

Le géant international des pneumatiques a l’intention de retirer de la cote SIPH, la Société internationale de plantations d’hévéas.

Cotée à la Bourse de Paris depuis soixante-dix ans, la Société internationale de plantations d’hévéas (SIPH) ne devrait plus y rester bien longtemps : son premier client, Michelin, mène une action de concert avec Sifca pour en prendre le contrôle. Le géant international des pneumatiques demeure le deuxième actionnaire du fabricant de caoutchouc avec 23,8 % de son capital alors que son allié d’origine ivoirienne en détient près de 56 %. Tous deux lorgnent sur 20,6 % des parts détenues par les minoritaires qu’ils se proposent de racheter à un prix de 85 euros l’unité, soit une prime de 40 % par rapport au cours moyen ces derniers mois.

Compte tenu de l’importance grandissante de l’Afrique de l’Ouest dans la production de caoutchouc naturel – SIPH en produit environ 220 000 tonnes par an dont un tiers pour Michelin –, cette offensive capitalistique est stratégique pour le groupe du CAC 40 s’il tient à garder un coup d’avance sur la concurrence dans la région. L’opération devrait lui coûter 70 millions d’euros pour 40 % du capital in fine.  

 

Conseils juridiques : Michelin : Gide ; Sifca : Brugière & Emir ; SIPH : FTPA

 

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !